Les syndicats indonésiens fêtent leur victoire face à la critique loi générale

photo: AFP

« Je vous remercie d’avoir aidé activement le mouvement syndical indonésien à gagner ce recours en révision judiciaire », a indiqué Said Iqbal, président de la confédération syndicale KSPI, dans un message adressé à la CSI et à tous ceux qui ont soutenu sa lutte contre la loi générale.

La loi privait les travailleurs de leurs droits et prestations et supprimait les mesures de protection de l’environnement, tout en ouvrant la voie à la privatisation du secteur de l’électricité.

Toutefois, la semaine dernière, la Cour constitutionnelle indonésienne a jugé que la loi était inconstitutionnelle, a immédiatement suspendu ses éléments les plus préjudiciables et a accordé une période de deux ans au gouvernement pour amender la loi.

Les organisations affiliées à la CSI en Indonésie, la KSPI et la KSBSI, se sont opposées à toute modification de la réglementation du travail dans la loi et des millions de travailleurs et de travailleuses ont participé à des grèves à l’échelle nationale.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a déclaré: « C’est une excellente nouvelle pour les travailleurs et les travailleuses d’Indonésie, et je tiens à féliciter la KSPI et les syndicats en Indonésie de cette victoire juridique.

« Ils continueront de bénéficier de tout notre appui afin de veiller à ce que le gouvernement remplisse ses obligations juridiques et supprime définitivement ces terribles lois dans un délai de deux ans.

« Alors que l’Indonésie assume la présidence du G20 G20 The Group of Twenty, or G20, is a forum for international cooperation on the most important aspects of the international economic and financial agenda. It brings together 19 countries and the European Union, which together represent around 90% of global GDP, 80% of global trade and two thirds of the world’s population. , le gouvernement indonésien doit s’asseoir avec les syndicats et convenir ensemble d’un plan visant à remédier aux conséquences négatives de la loi générale. Il est temps de démontrer un pouvoir décisionnel mondial, de respecter les droits des travailleurs et des travailleuses, ainsi que le dialogue social, et de montrer que l’avantage concurrentiel ne peut se fonder sur l’exploitation. Ce n’est qu’en respectant un socle de protection du travail que l’économie mondiale contribuera à atteindre les Objectifs de développement durable des Nations unies, à réduire la pauvreté et les conflits, et à préserver l’environnement ».