blogs

Forced Labour and Trafficking

  • La LO appelle le gouvernement suédois à ratifier le Protocole à la Convention n° 29 sur le travail forcé

    La LO espère que le gouvernement suédois prendra la tête de la lutte pour les droits humains au travail. Le Premier ministre Stefan Löfven, issu du mouvement syndical suédois, doit dès lors traduire ses paroles en actes et ratifier le Protocole à la Convention n° 29.

    Durant la Conférence internationale du travail en 2014, le gouvernement suédois a voté en faveur de l’adoption d’un protocole à la Convention n° 29. À présent qu’un an s’est écoulé, le gouvernement n’a pris aucune mesure pour le ratifier. La LO estime cette absence d’action déplorable et appelle dès lors le gouvernement à lancer un processus dans les plus brefs délais.

    Le Niger a ratifié le protocole, suivi, il y a quelques semaines, par la Norvège, deuxième pays à l’avoir ratifié. Afin d’éviter que le protocole ne devienne inutile, la Suède doit suivre les pas de la Norvège. Si les gouvernements, tels que le gouvernement suédois, n’assument pas leur responsabilité et n’appliquent pas leur décision prise lors de la Conférence de l’OIT en 2014, le nombre de personnes victimes du travail forcé augmentera considérablement.

    Il existe un grand nombre de conditions de travail en Suède. Dans le secteur bien réglementé du marché du travail, les travailleurs/euses sont généralement bien couverts par la négociation collective et ont accès à un travail décent. En revanche, ceux qui sont contraints de travailler en dehors du marché de l’emploi en place risquent grandement d’être exploités et forcés d’accomplir un travail contre leur gré. Il est dès lors important que la Suède garantisse aux travailleurs une protection fondamentale suite à la ratification.

    Dans une résolution législative de septembre, le Parlement européen a déclaré que tous les États membres devaient élaborer un plan d’action contre le travail forcé dans le cadre établi par le Protocole à la Convention n° 29. La LO espère que le gouvernement suédois soutiendra la résolution et montre le bon exemple en ratifiant le protocole et en établissant un plan d’action conjointement avec les partenaires sociaux sur le marché du travail.

    Le travail forcé et l’esclavage doivent être abolis. Selon l’OIT, 21 millions de personnes dans le monde, dont 1,6 million en Europe, sont victimes de différentes formes de travail forcé. En outre, le nombre de travailleurs/euses concernés ne cesse de croître. Le protocole est un traité contraignant qui devrait être ratifié par les États membres et précise leur responsabilité en termes de prévention du travail forcé. La ratification permet de renforcer la protection des victimes, tout en assurant que les auteurs puissent être tenus responsables dans un processus juridique.

    En février 2015, le comité suédois de l’OIT a déclaré que la Suède devait ratifier le protocole, qui constitue un instrument important pour prévenir et combattre le travail forcé. Dans ce contexte, la LO considère que le gouvernement devrait, de toute urgence, accorder la priorité à la ratification du Protocole à la Convention n° 29.

    Tranduit du blog en Suèdois


    auteurs :
    Loa Brynjulfsdottir and Oscar Ernerot
    International Department
    LO Sweden

  • Fine Tune project : Three reports on labour trafficking

    FINETUNE is an ISEC/EU DG Home funded project, focused on THB for labour exploitation. It gathers 3 international partners (ITUC, CCME and Anti-Slavery International) as well as national partners (trade unions, faith-based organizations and NGOs) in 7 EU countries : Austria (Lefö), Czech Republic (La Strada), Finland (Service Union United PAM), Ireland (Migrants Rights Centre Ireland), Lithuania (Caritas), Romania (AIDrom), Spain (Unión General de Trabajadores UGT).

    read post