Une conférence mondiale historique pour traiter de l’incidence de la crise de l’emploi sur les femmes

La semaine prochaine, 450 déléguées syndicales représentant 100 pays se réuniront à Bruxelles où elles analyseront l’incidence de la crise mondiale de l’emploi sur les femmes et traceront les grandes lignes de l’action syndicale internationale visant à renforcer la sécurité d’emploi des femmes, à revoir leurs salaires et à améliorer leurs conditions. Placée sous le thème "Un travail décent, une vie décente pour les femmes", cette première Conférence mondiale des femmes de la CSI abordera la façon dont les syndicats prennent l’initiative en matière de justice économique et sociale, et d’égalité.

Bruxelles, le 16 octobre 2009: La semaine prochaine, 450 déléguées syndicales représentant 100 pays se réuniront à Bruxelles où elles analyseront l’incidence de la crise mondiale de l’emploi sur les femmes et traceront les grandes lignes de l’action syndicale internationale visant à renforcer la sécurité d’emploi des femmes, à revoir leurs salaires et à améliorer leurs conditions. Placée sous le thème "Un travail décent, une vie décente pour les femmes", cette première Conférence mondiale des femmes de la CSI abordera la façon dont les syndicats prennent l’initiative en matière de justice économique et sociale, et d’égalité.

L’un des grands points du programme de la conférence
consistera à aller à la rencontre des femmes les plus vulnérables victimes d’exploitation, comme les travailleuses domestiques, tandis que les débats s’articuleront également autour de la position des femmes au sein des syndicats, de la concrétisation de l’égalité de genre au travers de la négociation collective et de l’élargissement de la protection et de la sécurité sociales.

La présidente du Comité des femmes de la CSI, Diana Holland, qui présidera également la Conférence a déclaré : « Partout dans le monde, les femmes souffrent des conséquences terribles de la crise économique mondiale. Ce sont des pratiques révoltantes qui sont à l’origine de cette crise et non les travailleuses. Ainsi, alors que nous nous rassemblons à l’occasion de cette première Conférence des femmes de la CSI, il est temps que l’on écoute les travailleuses et que l’on prenne des mesures à propos de leurs revendications. »

Le guide de discussion de la Conférence, qui décrit par le menu les priorités pour les femmes au travail, dans la société et en politique, fait ressortir le développement constant du travail précaire ces dernières années, de telle sorte que de nombreuses femmes se sont retrouvées à occuper des emplois à court terme, avec des bas salaires et une protection minime, voire inexistante, contre l’exploitation, sans le moindre droit à la sécurité sociale ou à une pension de retraite. La situation des femmes dans les pays les moins riches reçoit également une attention particulière, notamment en ce qui concerne l’absence de perspectives d’emploi dans l’économie officielle et l’incidence de l’analphabétisme et des maladies. Les participantes examineront en outre les moyens permettant de faire face à la discrimination systématique à l’égard des femmes et aux violences dont elles sont victimes au travail et chez elles.

« L’absence de progrès en matière de droits des femmes, en particulier sur le lieu de travail, constitue une preuve de l’échec et une condamnation claire et accablante de l’orthodoxie libérale qui a régné sans partage avant de conduire le monde à sa pire récession en 70 ans. L’égalité de genre est au cœur de notre programme syndical en faveur d’une économie mondiale juste et équitable, qui va du lieu de travail jusqu’aux dirigeants du G20 G20 The Group of Twenty, or G20, is a forum for international cooperation on the most important aspects of the international economic and financial agenda. It brings together 19 countries and the European Union, which together represent around 90% of global GDP, 80% of global trade and two thirds of the world’s population. et à l’ONU. Cette conférence vient le renforcer et s’appuie sur lui et contribuera à transmettre ce message aux femmes et aux hommes du monde entier », a déclaré Sharan Burrow, Présidente de la CSI, qui prendra la parole lors de la cérémonie d’ouverture de la Conférence, aux côtés de dirigeants syndicaux des organisations hôtes belges et de représentants du BIT, au rang desquels son Directeur général, Juan Somavia, qui interviendra grâce à une liaison vidéo.

Un rapport rédigé tout spécialement pour cette Conférence et intitulé « The Decent Work Agenda: a Gender Perspective"(en anglais) montre l’ampleur de ce qu’il reste à accomplir pour garantir aux femmes de meilleures perspectives économiques. Il ressort des résultats d’une enquête menée dans 12 pays auprès de quelque 100 000 personnes, hommes et femmes, que ces dernières sont, dans l’ensemble, moins satisfaites que les hommes à propos de questions comme les salaires et les pensions. Alors que les hommes font d’habitude plus d’heures de travail, les femmes dans certains pays n’ont pas droit aux mêmes compensations pour les heures supplémentaires. Les femmes travaillent en général plus à temps partiel avec des salaires plus bas.

Faisant suite à des rapports que la CSI a publiés précédemment à propos de l’écart salarial entre les hommes et les femmes – que les données officielles fournies par les gouvernements chiffrent à 16,5%, tandis qu’une vaste étude publiée en mars de cette année l’estime aux alentours de 22% –, les conclusions de ce rapport renforcent « l’avantage syndical » dont bénéficient les femmes couvertes par une convention collective. Il met aussi en évidence les difficultés constantes que rencontrent les femmes par rapport aux hommes au moment d’obtenir des promotions professionnelles.

Fondé sur l’internet, le projet novateur « Decisions for Life » (Décisions pour la vie) , qui couvre 14 pays en développement et en transition et huit secteurs d’activités, sera également décrit lors de la Conférence, tout comme la campagne « Un travail décent, une vie décente pour les femmes » de la CSI. Parmi les autres points abordés figureront les droits des migrantes, la sécurité alimentaire, le changement climatique, les femmes responsables de la prise de décision et la situation des jeunes femmes au travail et dans les syndicats.

L’action en faveur de la protection de la maternité fera également l’objet d’un débat à la Conférence. Pour voir la vidéo de la CSI sur ce thème

Photos de la Conférence


La CSI représente 170 millions de travailleuses et de travailleurs au travers de 316 organisations nationales de 158 pays et territoires.
http://www.youtube.com/ITUCCSI

Pour de plus amples informations, veuillez contacter le Service Presse de la CSI aux numéros suivants : +32 2 224 0204 ou au +32 476 621 018.