Tunisie : la CSI condamne une nouvelle violente attaque frontale contre l’UGTT

De violentes attaques ont ciblé hier les militants et le siège de l’UGTT à Tunis, faisant une dizaine de blessés. Deux secrétaire-général adjoints de l’UGTT figurent au rang des blessés, Hfaïdh Hfaïedh, et Samir Cheffi. Tandis que les locaux du siège de la centrale syndicale tunisienne ont également été endommagés.

Pour Sharan Burrow, Secrétaire générale de la CSI, « Ces attaques répétées contre l’UGTT, cheville ouvrière de la révolution qui continue de mener la lutte en faveur d’une véritable démocratie et d’une justice sociale, sont totalement inacceptables. Alors que les Tunisiens s’apprêtent à fêter le 14 décembre le deuxième anniversaire de leur révolution, le mouvement syndical international réaffirme son soutien et sa solidarité avec l’UGTT, acteur clé de la construction d’une Tunisie juste et libre ».

C’est au moment où devait démarrer du siège de l’UGTT une marche pacifique pour commémorer le 60ème anniversaire de l’assassinat de Farhat Hached, leader historique du mouvement national et du syndicalisme tunisiens, que les militants syndicaux ont été pris à parti hier par des groupes organisés.

Les violences survenues à Tunis hier suivent celles perpétrées la semaine dernière dans la région de Siliana. Suite à l’appel de l’UGTT à la grève générale pour réclamer une vraie politique en faveur de l’emploi dans cette région défavorisée, au moins 252 personnes ont été blessées par les forces de l’ordre, notamment par des tirs de chevrotine dirigés dans les yeux.

Des journalistes tunisiens et internationaux ont également été blessés à Sialana, dernier épisode d’une augmentation continue des agressions contre les journalistes en Tunisie.