Inde : Érosion alarmante de la législation du travail

La CSI s’est dite alarmée par l’érosion en bloc de la législation du travail amorcée par le gouvernement indien, et a déclaré son soutien total pour la grève générale annoncée pour le 5 janvier, en protestation contre les projets de réforme. L’organisation syndicale mondiale a également condamné l’exclusion de l’INTUC, l’une des principales centrales syndicales nationales indiennes, des processus tripartites essentiels par le gouvernement.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a déclaré : « Le gouvernement indien est en train de retirer des protections importantes pour les travailleurs et, ce faisant, d’exposer ceux-ci à l’exploitation par les employeurs, ainsi qu’à un risque accru d’accidents mortels, de blessures et de maladies au travail. L’exclusion, pour des motifs fallacieux, de l’INTUC des processus tripartites vise à la punir pour avoir critiqué les politiques du gouvernement, de même qu’à briser la forte solidarité entre les centrales syndicales indiennes et leur unité dans l’opposition à ces dispositions rétrogrades. Avec notre organisation régionale CSI-AP, nous continuerons à apporter notre soutien solidaire à nos camarades indiens, en faisant pression sur le gouvernement pour l’amener à changer de cap et défendre le travail décent au lieu de l’affaiblir. »

Les propositions de réforme de la législation annoncées par le gouvernement incluent :

  • Facilitation du licenciement en masse de travailleurs par les employeurs ;
  • Introduction de nouvelles entraves à la négociation collective ;
  • Exclusion des travailleurs des plus petites entreprises du champ de certaines protections vitales, y compris en matière de santé et sécurité au travail ;
  • Création de conditions propices à une privatisation de la sécurité sociale ; et
  • « Rationalisation » de la législation du travail dans un sens qui bénéficie les employeurs au détriment des travailleurs.

« Le gouvernement indien devrait s’atteler à sortir les gens de la pauvreté et de l’informalité, au lieu d’affaiblir les droits des travailleurs et laisser le champ libre aux employeurs, y compris les entreprises multinationales, pour exploiter à leur guise », a déclaré Mme Burrow.

For more information, please contact the ITUC Press Department on +32 2 224 02 53 or by sending e-mail to: press@ituc-csi.org