Guinée : attaques armées et intimidation de dirigeants syndicaux

La guinée est le théâtre d’une dégradation importante des relations entre les autorités et le mouvement syndical. Les dirigeants de la Confédération nationale des travailleurs de la Guinée (CNTG) ont été victimes à maintes reprises d’attaques armées et d’intimidation au cours des derniers mois. La CSI condamne fermement ces faits.

La situation s’est sérieusement aggravée depuis octobre 2011. Entre autres, les secrétaires généraux et généraux adjoints, Amadou Diallo, Mamadou Mansaré et Kader Aziz Camara, ont été respectivement victimes de menaces, d’attaque armée et d’intimidation. Le gouverneur de la ville de Conakry a, aussi, ordonné la fermeture des locaux de la CNTG. L’ingérence du tribunal du travail dans les affaires internes de la CNTG a été dénoncée plusieurs fois. Enfin, ce 27 mars, les deux secrétaires généraux adjoints, Kader Aziz Camara et Mamadou Mansaré ont été interpellés par la police.

« Nous nous associons pleinement avec le mouvement syndical guinéen » a déclaré Sharan Burrow, Secrétaire général de la CSI. « Il est impossible dans ce climat d’intimidation et de crainte pour la sécurité et l’intégrité physique de ses dirigeants qu’il puisse accomplir son légitime rôle de contrepouvoir. »

Ces attaques, menaces et intimidation contre des syndicalistes violent clairement les Conventions C87 et C98 sur la Liberté syndicale et la Négociation collective, ratifiées par la Guinée. Dans un courrier envoyé aux autorités guinéennes , la CSI exige du Premier ministre Mohamed Saïd Fofana, qu’il mette rapidement tout en œuvre pour que la situation change et que les syndicalistes puissent exercer leur rôle légitime et leurs droits fondamentaux dans des conditions dignes d’une démocratie.