Fidji : Le gouvernement durcit la répression antisyndicale

La CSI a appelé le gouvernement des Fidji à mettre un terme aux harcèlements contre le secrétaire général du Fiji Trade Union Congress, Felix Anthony. La police a, en effet, accusé ce dernier, à l’issue d’interrogatoires successifs, de « saboter l’économie », une infraction pénale, après qu’il a pris la parole devant un rassemblement en soutien aux employés de l’Air Terminal Services (services aéroportuaires) mis à pied par leur employeur depuis plus d’un mois.

« Le véritable tort économique a été celui commis par une direction incompétente, en procédant au lock-out des effectifs. Il est parfaitement inadmissible que les autorités menacent d’engager des poursuites au pénal contre un dirigeant syndical pour le simple fait d’avoir mentionné la possibilité d’une action de grève en cas de refus de l’employeur de respecter une décision judiciaire qui ordonnait la réintégration des travailleurs », a déclaré la secrétaire générale de la CSI, Sharan Burrow.

Pour tout renseignement complémentaire, prière de contacter le Service Presse de la CSI au +32 2 224 03 52 ou par e-mail : press@ituc-csi.org