COP 23: Toujours pas de mécanismes de gouvernance solides pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris

Lors de la clôture du rassemblement annuel des Nations Unies sur le changement climatique, tenu à Bonn, les syndicats ont fait part de leurs préoccupations face à la lenteur des progrès réalisés pour établir la gouvernance, la surveillance et l’action qui permettraient de ralentir la course effrénée du changement climatique.

Photo: Spielvogel

« Le mouvement syndical a quitté Paris en 2015 sur la promesse de définir des Contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN) et de mettre en place un processus périodique de révision des ambitions afin de combler l’écart entre l’objectif d’une augmentation de deux degrés de la température et les engagements nationaux actuels », a déclaré Sharan Burrow, la secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale. « Nous quittons Bonn sans avoir la certitude que ces deux processus aboutiront à la création de structures de gouvernance ambitieuses ».

Les syndicats se sont dits satisfaits du soutien obtenu pour conjuguer les politiques climatiques aux stratégies de transition juste, destinées à accompagner les travailleurs et les communautés pendant la période de transition vers une société à faible intensité de carbone.

« Le soutien aux politiques de transition juste est désormais visible et ferme parmi toutes les parties prenantes aux questions climatiques – des groupes d’écologistes aux entreprises, des gouvernements régionaux aux autorités nationales. En accordant de l’importance à un pacte social qui nous guide vers des économies pauvres en carbone, nous pouvons revoir nos ambitions à la hausse plus rapidement, en adéquation avec ce que dit la science », a précisé Burrow.

En 2018, les promesses de transition juste doivent se concrétiser pour des millions de travailleurs et de communautés. Avant la prochaine COP 24, organisée à Katowice, en Pologne, les syndicats appellent à la mise au point d’un « Plan d’action de Katowice pour une transition juste ».

« Les gouvernements fidjien et polonais, qui assureront la présidence de la COP l’année prochaine, devront faciliter l’engagement ministériel de haut niveau à l’égard de la transition juste pour les travailleurs et les communautés, en instaurant ce ‘Plan d’action de Katowice pour une transition juste’.

La COP 24 aura lieu dans la dynamique région de Haute-Silésie, où le charbon est exploité depuis longtemps, et elle permettra à la communauté internationale de reconnaître et de faire face aux préoccupations des populations vis-à-vis de leur avenir », a conclu Burrow.

Lire la déclaration de la CES au sujet de la COP 23 et l’appel à un « Plan d’action de Katowice pour une transition juste »

For more information, please contact the ITUC Press Department on +32 2 224 03 52 or mail to: press@ituc-csi.org