L’Institut Belleville-CFDT et la CSI-Afrique soutiennent la recherche syndicale en Afrique de l’Ouest

Par Elodie Aïssi - Institut Belleville-CFDT

En ce début d’année 2017, la CSI-Afrique et l’Institut Belleville-CFDT ont commencé à mettre en œuvre les séminaires nationaux de formation prévus dans le cadre de la deuxième phase du projet "Soutenir l’action syndicale en matière économique et sociale pour faire du travail décent une réalité en Afrique". Cette deuxième phase, d’une durée de 3 ans, implique 28 organisations syndicales affiliées à la CSI-Afrique, dans 8 pays francophones d’Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Sénégal, Togo. Le projet vise plus spécifiquement à :

  • Renforcer les capacités des organisations syndicales francophones d’Afrique de l’Ouest en matière d’analyse économique et sociale ;
  • Permettre à ces organisations syndicales d’être des acteurs influents dans la définition et la mise en œuvre des politiques économiques et sociales.

Dans le cadre du projet, des Comités d’analyse et de recherche syndicale (CARES) bénéficient de sessions de renforcement de capacités. Composés de 2 à 4 représentant-e-s de chaque organisation nationale affiliée à la CSI-Afrique, les CARES sont de véritables outils à la disposition des organisations syndicales concernées. Leurs membres participent aux formations proposées et s’engagent à mener des travaux de recherche en lien avec les trois thèmes principaux de cette deuxième phase du projet, à savoir :

  • L’extension de la protection sociale aux travailleuses et travailleurs de l’économie informelle
  • L’analyse du budget de l’Etat
  • La responsabilité sociale des entreprises multinationales et le suivi des accords-cadres internationaux signés par certaines de ces multinationales avec des fédérations syndicales internationales.

Les CARES nationaux, par le biais de leurs organisations syndicales, sont également amenés à déployer des activités visant à disséminer les résultats de leurs travaux de recherche et à faire des propositions concrètes aux pouvoirs publics en faveur des droits des travailleuses et travailleurs (campagnes de plaidoyer, forums nationaux…). Chaque comité est par ailleurs invité à alimenter le réseau régional des CARES qui s’est constitué dans le cadre du projet, afin que les organisations syndicales puissent porter davantage de revendications communes à l’échelle régionale.

Projet réalisé avec le soutien financier de :