Solidar Suisse – Élargissement de la participation asiatique

Solidar Suisse – une ONG suisse fondée en 1936 par le parti social-démocrate suisse PSS et l’Union syndicale suisse – prévoit d’élargir sa participation actuelle en Chine dans le sens d’un engagement accru auprès des réseaux régionaux en Asie et de projets au Cambodge.

Par Zoltan Doka et Sanjiv Pandita

Solidar Suisse – une ONG suisse fondée en 1936 par le parti social-démocrate suisse PSS et l’Union syndicale suisse – prévoit d’élargir sa participation actuelle en Chine dans le sens d’un engagement accru auprès des réseaux régionaux en Asie et de projets au Cambodge.

Le premier engagement de Solidar Suisse en Chine remonte à 2011, quand l’organisation a apporté son soutien aux ONG basées à Hong Kong et actives en Chine. Son intervention s’était alors centrée sur des enjeux qui incluaient les droits des travailleurs, le conseil juridique et la promotion de normes de santé et de sécurité. Durant cette période, Solidar Suisse a entrepris (sans succès) des campagnes de sensibilisation et de plaidoyer visant l’inclusion d’une clause sociale dans l’accord de libre-échange signé entre la Chine et la Suisse en 2014. Solidar a aussi lancé deux grandes campagnes de sensibilisation en Suisse, sur les droits des travailleurs dans les industries des jouets et des ustensiles de cuisine, en 2015 et 2016 respectivement.

Sur la base des enseignements qu’ils ont pu tirer de la nature complexe des enjeux du monde du travail en Chine et en Asie, Solidar Suisse et ses partenaires ont décidé, en 2015, d’opter pour une nouvelle approche de la problématique des droits des travailleurs en Asie. La mobilité des capitaux et la chaîne d’approvisionnement mondiale continuent de dominer le monde du travail. Attendu que les promesses des enseignes mondiales d’améliorer les normes du travail ne sont souvent que de beaux discours et compte tenu de la nécessité d’un partage des initiatives d’autonomisation et des expériences des travailleurs par-delà les frontières, Solidar Suisse a décidé d’étendre son soutien aux réseaux régionaux et aux projets locaux au Cambodge, tout en maintenant son engagement en Chine.

Son approche globale consiste à œuvrer sur des questions choisies qui ont une pertinence à travers l’Asie, de même qu’en Suisse. Ces enjeux sont : L’industrie de l’huile de palme, le secteur de l’habillement et l’amiante :
L’huile de palme intervient dans la fabrication d’un large éventail de produits de consommation en Suisse. Il existe aujourd’hui un nombre important d’engagements portant sur l’impact environnemental adverse de la production d’huile de palme. Toutefois, il n’y a pas beaucoup d’initiatives qui s’attaquent aux questions du travail dans cette industrie. Travail forcé, absence de sécurité sociale, exploitation des travailleurs migrants et précarité des conditions de travail, de santé et de sécurité font partie des problématiques-clés dans cette industrie.

L’industrie de l’habillement dépend d’une main-d’œuvre bon marché et les conditions de travail dans ce secteur sont souvent extrêmement précaires. Cette industrie est dominée par des enseignes internationales qui font valoir qu’elles améliorent leurs normes du travail graduellement, par le biais de leurs politiques de Responsabilité sociale d’entreprise (RSE). Malheureusement, la réalité nous offre un tableau bien différent. L’incendie de l’entreprise Tazreen, l’effondrement de l’usine Rana Plaza ou encore l’évanouissement en série de travailleuses au Cambodge reflètent l’échec de telles pratiques.

L’amiante figure parmi les principales causes de mortalité liée au travail en Asie. Bien qu’il soit interdit dans la plupart des pays de l’Occident, il continue à être utilisé un peu partout en Asie, exposant des millions de travailleurs et leur entourage à des risques sanitaires potentiellement graves. Dans les pays asiatiques, l’interdiction de l’amiante suscite une résistance énorme de la part des industriels comme des gouvernements. Qui plus est, les travailleurs et leur entourage atteints de maladies de l’amiante ne reçoivent pratiquement aucune aide.

Dans tous les secteurs susmentionnés, l’accès aux connaissances, la dissémination de l’information, l’organisation des travailleurs, les campagnes de pression et la sensibilisation à divers niveaux sont essentiels pour contribuer à l’amélioration des droits des travailleurs et au respect des travailleurs. Parallèlement à cela, Solidar Suisse mènera des campagnes de sensibilisation et de pression en Suisse sur ces enjeux, pour conscientiser et modifier les comportements des consommateurs, influencer la politique de commerce extérieur du gouvernement et veiller à ce que les sociétés transnationales soient tenues responsables de leurs actions au niveau de leurs chaînes d’approvisionnement.

Solidar Suisse apporte son soutien et son orientation à ses partenaires à travers son bureau de coopération régionale à Hong Kong, de même que par le biais du personnel de son siège central. Ce programme est soutenu par la Coopération suisse au développement, l’agence nationale suisse chargée de l’aide publique au développement.