République dominicaine : 300 000 travailleuses et travailleurs domestiques bénéficieront de la protection de la législation du travail

Les personnels domestiques en République dominicaine, dont le nombre est aujourd’hui estimé à 300 000, devraient bientôt bénéficier de la protection de la législation du travail suite à l’annonce officielle faite par le ministre du Travail Francisco Dominguez Brito à l’occasion d’une conférence organisée à Saint-Domingue par la CSI et ses trois affiliées dominicaines CASC, CNUS et CNTD.

Le projet de loi, dont la rédaction commencera dès cette semaine, devrait être mis au vote au parlement dans trois mois, en même temps que la ratification de la Convention 189 de l’OIT relative aux travailleurs domestiques.

« Le moment de voir les droits des travailleuses et travailleurs domestiques respectés et leur dignité restaurée s’est fait attendre depuis bien trop longtemps », a dit Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI. « La CSI attend avec impatience de voir le Congrès de la République dominicaine ratifier la Convention de l’OIT et les pouvoirs publics la mettre en œuvre. Qu’elles soient migrantes ou dominicaines, cela fera une différence énorme dans la vie des travailleuses qui triment à la sueur de leur front, du matin au soir, sans droits ni protection », a-t-elle souligné.

Une demande formelle présentée au Sénat par les travailleuses et travailleurs domestiques a été la dernière d’une série d’actions menées en soutien à la ratification de la Convention de l’OIT par la République dominicaine. Il est estimé qu’un tiers de la main-d’œuvre domestique en République dominicaine provient du pays voisin, Haïti. La peur d’être déportés rend les travailleurs et travailleuses domestiques haïtiens particulièrement vulnérables aux abus de leurs employeurs.

« Les syndicats pourront redoubler leurs efforts de syndicalisation et de représentation d’un nombre énorme de travailleuses et travailleurs domestiques dès que ceux-ci seront couverts par la législation du travail et qu’ils pourront, dès lors, négocier des salaires et des conditions de travail décents. Nous exhortons les autres pays à suivre l’exemple du gouvernement dominicain pour mettre fin au non-respect systématique et généralisé des droits fondamentaux de millions de travailleuses et travailleurs domestiques aux quatre coins du globe », a déclaré Sharan Burrow.

Les syndicats dominicains ont commencé, il y a quelques années, à organiser les personnels domestiques en même temps que d’autres catégories de main-d’œuvre dépourvues de droits et de protection dans l’économie informelle. Les approches novatrices utilisées par les syndicats incluent les activités de renforcement des capacités, la mise sur pied d’une école spécialisée dans la formation technique et la sensibilisation aux droits des travailleurs, la négociation d’une convention avec les instances chargées de la sécurité sociale visant l’enregistrement des personnes engagées de façon informelle, outre des campagnes fructueuses de sensibilisation et de pression.

« Ceci représente un pas important vers l’aboutissement de la campagne « 12 Ratifications en 2012 » de la CSI concernant la Convention 189 de l’OIT. L’élan ainsi engendré contribuera à la campagne pour la ratification de la Convention par tous les pays et l’inclusion de l’ensemble de la main-d’œuvre domestique dans le champ d’application d’une législation du travail digne de ce nom. Le mouvement syndical continuera à faire tout ce qui est en son pouvoir pour soutenir et autonomiser ces travailleuses et travailleurs comme dans n’importe quel autre secteur », a déclaré Sharan Burrow.

Informations complémentaires concernant la Campagne 12 Ratifications en 2012

For more information, please contact the ITUC Press Department on: +32 2 224 0204 or +32 476 62 10 18