Neuf travailleurs somaliens tués par des militants islamistes d’Al Shabaab

Ce 14 août 2011, 9 travailleurs somaliens du secteur des Transports publics ont été tués par des militants islamistes d’Al Shabaab dans la ville d’Afgoye, à 30 kilomètres au sud de Mogadiscio. Leur crime: avoir refusé de payer la somme que les militants cherchaient à leur extorquer.

La CSI a aussitôt exprimé sa solidarité avec les mouvements des travailleurs somaliens et rappelé son engagement à soutenir les syndicats du pays.

Bien que le mouvement islamiste d’Al Shabaab y ait été fragilisé dernièrement, cette région de Somalie reste sous le contrôle des militants et les extorsions de fonds auprès des travailleurs du secteur des Transports publics et des hommes d’affaires y sont devenues fréquentes.

Ibrahim Ahmed, Vice-président de la Fédération des syndicats somaliens (FESTU), affiliée à la CSI, a qualifié ces actes de cruels et impardonnables et « appelé les travailleurs à ne pas accepter ces meurtres haineux perpétrés par des criminels qui n’accordent aucune valeur à la vie humaine ».

Selon Omar Faruk, Secrétaire général de la FESTU ainsi que du Syndicat des journalistes somaliens (NUSOJ), ces crimes démontrent encore une fois clairement les brutalités inacceptables subies par les travailleurs somaliens.

Les droits syndicaux des journalistes également bafoués

En juin dernier, la CSI avait interpelé le Président du Gouvernement fédéral transnational de Somalie, Sheik Sharif Sheik Ahmed, concernant les violations des droits et autres attaques subies depuis quelques mois par le NUSOJ. Désormais placé sous la tutelle du Ministre de l’Information, des Télécommunications et de la Poste, le NUSOJ s’est notamment vu imposer le choix d’un nouveau dirigeant, d’une Assemblée générale parallèle tandis que ses bureaux ont été la cible de vols armés à propos desquels toute enquête semble empêchée.

De l’interférence gouvernementale dans les affaires internes du syndicat au harcèlement judiciaire en passant par les intimidations, menaces de mort et autres violentes attaques subies par les membres du NUSOJ ces derniers temps, tous ces actes relèvent des violations flagrantes des droits syndicaux comme décrits dans la Convention 87 de l’OIT.

La CSI a prié le gouvernement de mettre fin à ces violences afin de permettre aux travailleurs du NUSOJ d’exercer leurs activités sans craintes pour leur sécurité ou même leur vie.