Les syndicats présents lors des Journées européennes du développement 2017

Les Journées européennes du développement (EDDs de l’acronyme anglais) sont un événement annuel organisé par la Commission européenne rassemblant divers acteurs de la communauté du développement. L’édition 2017 (EDD17) s’est déroulée à Bruxelles les 7 et 8 juin.

Les syndicats ont donné le coup d’envoi de leur participation lors d’une table ronde intitulée « Du rapport à la pratique : comment l’Europe se positionne-t-elle ? », à laquelle participait Joan Lanfranco (CSI/RSCD). Organisée par le Partenariat des OSC pour l’efficacité du développement (POED), la table ronde était composée de Tetet Lauron (Réseau de recherche d’Asie-Pacifique, coprésident du POED), Rosário Bento Pais (Commission européenne) Antonio Tujan Jr (IBON International). Il était animé par Justin Kilcullen (POED Europe). La séance a commencé par un rapide récapitulatif de la Deuxième réunion de haut niveau (RHN2) du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement (PMCED). M. Lanfranco a souligné les aspects positifs ainsi que les préoccupations restantes concernant le Document final de la RHN2 tel que l’a décrit la déclaration syndicale sur le Document final de Nairobi.

La section suivante a porté sur le nouveau Consensus européen pour le développement qui a officiellement été signé lors des EDD17 dans le courant de la journée. Le rôle prééminent accordé au travail décent a été souligné comme étant un élément positif ; toutefois, les préoccupations de la société civile persistent. Les données (notamment les études du RSCD) indiquent que la canalisation de l’APD vers le secteur privé ne respecte pas les principes clés de l’efficacité du développement et pourtant le Consensus donne encore plus d’importance au rôle attribué au secteur privé. Fait important, le Consensus n’a pas su avancer des critères clairs permettant d’évaluer les interventions du secteur privé dans le domaine du développement. Il n’a pas non plus su leur demander de rendre des comptes eu égard à leurs impacts négatifs dans les domaines sociaux, environnementaux et économiques, ni même de fournir des mesures pour mettre en œuvre la transparence. M. Lanfranco a également souligné le fait que le Consensus laisse la porte ouverte à l’utilisation de l’APD dans le but de résoudre les défis économiques propres à l’UE plutôt qu’à l’éradication de la pauvreté dans les pays en développement.

Les EDD17 ont donné lieu à nombreuses discussions sur un vaste éventail de sujets et comprenaient des stands où les différents acteurs du développement ont présenté leurs travaux. Le Forum politique européen sur le développement (une initiative multipartite pour le développement dans laquelle les syndicats sont très actifs) notamment disposait d’un stand pour la première fois.

Les emplois décents ont constitué l’une des thématiques centrales des EDD17. Il convient de noter l’organisation d’une séance intitulée « Comment créer des emplois décents dans les chaînes d’approvisionnement mondiales ? » Le modérateur de la session, Françoise Millecam (DG DEVCO, Commission européenne) a posé la question de savoir si les emplois créés par le développement des chaînes de valeur mondiales sont décents et s’ils contribuent à une amélioration durable des moyens de subsistance des travailleurs. Elle a illustré la question abordée en faisant référence à une étude récente sur la création de zones d’exportation dans le secteur textile à Madagascar. Bien que la création d’une telle zone ait abouti à la création d’un grand nombre d’emplois, 98 pour cent des travailleurs y vivent dans la pauvreté. Un enregistrement de l’événement est disponible en ligne (en anglais) :


Dans l’ensemble, la thématique des Emplois décents des EDD17 a constitué une excellente occasion d’explorer la façon d’aborder l’exploitation et l’impunité qui existent dans les chaînes de valeur. Malheureusement, la surreprésentation du secteur privé n’a pas été compensée par une représentation équilibrée des syndicats. Et ce malgré le fait que l’UE s’est engagée à collaborer avec les deux partenaires sociaux dans le nouveau Consensus européen pour le développement. Les syndicats espèrent que lors de la prochaine édition des EDD, tous les partenaires sociaux seront représentés de manière égale, et ce, afin d’assurer un débat équilibré.