Les dirigeants syndicaux mettent en garde les entreprises contre les abus que subissent les travailleurs au Qatar

Les dirigeants syndicaux de cinquante-huit pays, présents à Bruxelles à l’occasion de la réunion annuelle du Conseil général de la Confédération syndicale internationale (CSI), préviennent que si rien n’est fait pour empêcher le Qatar d’enfreindre les droits au travail, d’autres travailleurs y trouveront la mort ou se blesseront.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a expliqué que l’instance décisionnelle du mouvement syndical international allait se pencher en priorité sur les infractions aux droits au travail au Qatar où, en moyenne, un travailleur meurt tous les jours, et sur les changements suggérés par la FIFA aux législations du travail du Brésil et de Russie.

« Les autorités qataries refusent d’admettre le traitement infligé aux travailleurs dans leur propre pays et d’assumer la responsabilité du mauvais traitement de la main-d’œuvre. Pourtant, le gouvernement du Qatar peut facilement recourir à des solutions juridiques et politiques permettant aux travailleuses et aux travailleurs de bénéficier de leurs droits et pour faire en sorte que la Coupe du monde 2022 ait lieu en toute sécurité, a expliqué Sharan Burrow.

La Coupe du monde acquiert une triste réputation, associée à l’exploitation des ouvriers au Qatar, au Brésil et aujourd’hui en Russie avec une nouvelle loi sans précédent. Cette histoire en Russie contredit les propos du président de la FIFA, Sepp Blatter, qui affirmait la semaine dernière que “la FIFA ne peut intervenir au niveau de la législation du travail d’un pays”.

Il faut que la FIFA elle-même prenne ses responsabilités et veille à la protection et non à l’exploitation des personnes qui construisent les infrastructures et fournissent des services », s’est indignée Sharan Burrow.

Cette semaine, une délégation syndicale de l’Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois a enquêté sur les chantiers et dans les camps d’ouvriers au Qatar:

« Les intérêts qataris ont tissé une toile complexe à travers de dizaines de pays. Les syndicats d’Europe, d’Asie, d’Afrique et du continent américain suivront de près les pratiques mortelles du réseau qatari et des sociétés qui imposent encore au 21e siècle des méthodes dignes de l’esclavage », a encore déclaré Sharan Burrow.

La CSI a lancé une campagne mondiale pour exiger que la FIFA procède à un nouveau vote pour la Coupe du monde 2022 si le Qatar n’améliorait pas ses tristes résultats en matière de droits au travail

ENDS

Conférence de presse:
Qui : Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale
Quand: Jeudi 10 octobre 2013 à 12 heures 30
: Organisation mondiale des douanes: Rue du Marché, 30 à 1210 Bruxelles

Accréditation: Les journalistes qui désirent assister à la conférence de presse sont priés de prendre contact avec Gemma Swart gemma.swart@ituc-csi.org ou d’appeler le +32 479 06 41 63 pour obtenir une autorisation d’accéder au Conseil général de la CSI

For more information, please contact the ITUC Press Department on: +32 2 224 02 04 or +32 476 621 018.