Le sommet du G20 a démontré un pouvoir décisionnel mondial : qu’il devienne un pouvoir d’action !

Les engagements pris en matière de santé et de finance ainsi que de protection des travailleurs, des emplois et de l’économie au moyen de la coopération mondiale sont une nouvelle dont on ne peut que se réjouir en ce moment où le monde entier fait face aux répercussions dévastatrices du virus sur le plan sanitaire, économique et social.

« Nous félicitons le G20 G20 The Group of Twenty, or G20, is a forum for international cooperation on the most important aspects of the international economic and financial agenda. It brings together 19 countries and the European Union, which together represent around 90% of global GDP, 80% of global trade and two thirds of the world’s population. de son engagement concerté à œuvrer à une relance économique aux dimensions jamais atteintes auparavant, engagement qui prévoit de stimuler massivement la santé et de protéger les travailleurs, les emplois et l’économie. Nous le félicitons également de son engagement à une coopération internationale, alors que le multilatéralisme et la capacité de faire face aux enjeux mondiaux ont connu un déclin.

Le monde entier est sous la menace ; le monde entier doit œuvrer de concert. C’est pourquoi la déclaration à l’issue du sommet est porteuse d’espoir. Il faut maintenant qu’elle se traduise par des faits dans l’économie réelle, en s’appuyant sur le dialogue social afin que les syndicats et les entreprises conçoivent et mettent en œuvre ensemble des mesures à l’échelon national et international. Il faut pour cela que les ministres du travail et des finances du G20 G20 The Group of Twenty, or G20, is a forum for international cooperation on the most important aspects of the international economic and financial agenda. It brings together 19 countries and the European Union, which together represent around 90% of global GDP, 80% of global trade and two thirds of the world’s population. travaillent aux côtés des partenaires sociaux.

Il est tout aussi primordial de veiller à ce que les pays en développement bénéficient du soutien nécessaire pour répondre aux besoins considérables qui apparaissent et risquent d’augmenter. L’engagement de 5000 milliards de dollars est immense, mais s’il n’est pas bien ciblé afin d’inclure les plus vulnérables de notre planète, alors notre monde accusera davantage d’inégalités au sortir de la crise.

Les syndicats du monde entier sont prêts à jouer le rôle qui leur revient pour faire en sorte que cet engagement aboutisse », a dit Sharan Burrow, Secrétaire générale de la CSI.