Le Quartet de Tunisie, lauréat du prix Nobel de la paix: une grande victoire pour la démocratie et les droits

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme, le mouvement syndical international célèbre l’attribution du prix Nobel de la paix, à Oslo, au Quartet de Tunisie, qui a négocié la transition démocratique du pays et l’adoption d’une Constitution fondée sur les droits humains fondamentaux.

Photo: ProtoplasmaKid / Wikimedia Commons / CC-BY-SA 4.0

Houcine Abassi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et vice-président de la CSI, a déclaré: « La Tunisie constitue une exception jusqu’à présent parmi les pays du Printemps arabe, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle ne puisse pas être reproduite dans d’autres pays. »

Lors de la remise du prix, les membres du Quartet ont mis en exergue le rôle vital du dialogue dans le combat contre le terrorisme et la violence. La médaille du prix Nobel sera conservée au musée du Bardo à Tunis, qui a été le théâtre d’une atrocité terroriste, en mars, coûtant la vie à 22 personnes innocentes.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a indiqué: « Notre sentiment de fierté ne nous fait, en aucune manière, oublier notre désarroi et notre chagrin face à l’atrocité de la guerre et à la vague d’attentats terroristes auxquels nous avons assisté récemment. La solidarité, la collaboration et le partenariat entre pays sont nécessaires pour trouver des solutions aux défis immédiats, ainsi qu’aux facteurs sous-jacents des inégalités, de l’exclusion et de la répression. Le monde doit surtout combattre fermement les atteintes à la démocratie et à la paix prenant racine dans chaque région. »

Dans son discours lors de la remise du prix, Houcine Abassi a mis en évidence le besoin d’établir un dialogue entre les pays et les cultures, dans le cadre de la diversité, et de garantir les droits des peuples à la liberté, à la dignité et au travail. Il a indiqué que le prix n’était pas seulement décerné au Quartet, mais également en signe de reconnaissance des victimes durant la Révolution du jasmin et des attentats djihadistes, des femmes et des jeunes de Tunisie, des partis politiques et de l’ensemble de la société tunisienne.

« Dans de nombreux pays, les gouvernements limitent l’espace démocratique, affaiblissent la démocratie et imposent l’autoritarisme, dont les conséquences s’avèrent extrêmement dangereuses pour les peuples de ces pays, ainsi que pour les syndicalistes et les défenseurs des droits humains qui sont pris pour cibles. Il est tragique de constater aujourd’hui, alors qu’un dirigeant syndical national de Tunisie est récompensé à Oslo, que son homologue en Corée, le président de la KCTU, Han Sang-gyun, a été contraint de quitter le sanctuaire d’un temple bouddhiste lors d’une immense opération de police et placé en détention. Han Sang-gyun et des centaines d’autres syndicalistes en Corée sont persécutés pour leur combat pour ces mêmes principes défendus par Houcine Abassi et d’autres dirigeants courageux dans le monde entier », a déclaré Sharan Burrow.

Le Quartet du dialogue national de Tunisie, établi à l’initiative de l’UGTT, regroupe également l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) et l’Ordre national des avocats de Tunisie.

Consultez l’entretien avec Doucine Abassi

For more information, please contact the ITUC Press Department on: +32 2 224 02 04