Le gouvernement marocain doit tirer les leçons de la mobilisation syndicale du 6 avril

Suite à la Marche pacifique organisée par le front commun syndical UMT-CDT-FDT, ce dimanche 6 avril à Casablanca, la CSI appelle le gouvernement marocain à écouter d’urgence le message des travailleurs.

Conduite par le Parti Justice et Développement (PJD - islamiste), la politique gouvernementale continue d’attiser un mécontentement social grandissant, notamment en raison des augmentations successives de produits de première nécessité, ainsi que des violations croissantes du droit syndical.

La CSI salue ce front syndical commun historique qui témoigne du grand sens des responsabilités des organisations syndicales dans leur lutte pour la protection du pouvoir d’achat, en particulier des populations les plus démunies et contre la précarisation de l’emploi, ainsi que pour le respect des droits des travailleurs et des libertés syndicales.

Face à cette situation d’urgence sociale, les syndicats marocains UMT-CDT-FDT avaient transmis au gouvernement un Mémorandum commun qui n’a malheureusement pas été pris en considération. A l’approche de la mobilisation syndicale de ce 6 avril, le gouvernement avait contacté les organisations syndicales « par une lettre qui ressemble plus à une convocation qu’à une invitation » à un véritable dialogue, a dénoncé EL-Miloudi El-Moukharik, secrétaire général de l’UMT.

« Comme dans de trop nombreux pays au monde, il est urgent que le gouvernement marocain tire les leçons des politiques économiques antisociales génératrices de plus de pauvreté, de chômage et de marginalisation des plus démunis et accepte d’ouvrir un dialogue social sincère et respectueux des droits fondamentaux des travailleurs et travailleuses, dans l’intérêt de tous », a déclaré S.Burrow, Secrétaire générale de la CSI.