La CSI exhorte le gouvernement du Kazakhstan de respecter la liberté syndicale

La CSI a instamment demandé au gouvernement du Kazakhstan qu’il respecte le droit des travailleurs du pays de créer des syndicats de leur choix et d’y adhérer, en application du droit international, après plusieurs interventions des autorités pour supprimer l’enregistrement de la centrale nationale CNTUK qui s’est récemment affiliée à la CSI et pour empêcher d’autres organisations syndicales de s’inscrire (voir la campagne Labourstart).

Dans sa lettre au gouvernement, la CSI souligne une affaire intentée par le gouvernement devant le tribunal national économique pour supprimer l’enregistrement de la CNTUK, de même que différents obstacles administratifs auxquels ont été confrontés de nombreux syndicats qui désiraient s’enregistrer.

Pour Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, « le Kazakhstan a ratifié la convention no 87 de l’OIT sur la liberté syndicale et conformément à cet instrument, il est légalement obligé d’autoriser les syndicats à agir sans ce genre d’ingérence administrative et de respecter la liberté des travailleurs de créer des syndicats et d’y adhérer. Nous intimons le gouvernement de remplir ses obligations sans plus attendre. »

Pour lire la lettre envoyée au gouvernement du Kazakhstan (en anglais)