La CSI condamne les attaques du gouvernement biélorusse contre les chômeurs

La CSI a condamné les récentes mesures répressives engagées par les autorités du Belarus, notamment l’imposition d’amendes aux chômeurs et la détention de personnes qui ont protesté contre les actions du gouvernement.

Approximativement 450.000 chômeurs risquent d’écoper d’une amende de 200 euros pour le simple fait d’être sans emploi, en vertu d’un décret sur la « prévention de la dépendance sociale » introduit par le gouvernement du président Alexander Loukachenko. Depuis son accession à la présidence du pays, en 1994, Loukachenko a systématiquement réprimé les syndicats indépendants et les opposants politiques. Le décret condamne également les personnes sans emploi à réaliser des « travaux communautaires » et à écouler 15 jours en prison.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a déclaré : « Il est scandaleux que le régime de Loukachenko, incapable de créer des emplois décents pour le peuple biélorusse, entreprenne à présent d’imposer des amendes à des personnes parmi les plus pauvres et les plus vulnérables du pays. Les actions du gouvernement équivalent à acculer les gens aux travaux forcés. Nous condamnons, à la fois, cette politique abracadabrante et la répression lancée à l’encontre de celles et ceux qui s’y sont opposés. Les personnes détenues doivent être relâchées immédiatement. »

Des dizaines de personnes, y compris de nombreux syndicalistes, ont été détenues par les autorités pour leur participation aux mouvements de protestation contre les amendes. Plusieurs protestataires ont été attaqués par des bandes organisées, alors que les auteurs de ces violences ont pu échapper en toute impunité.