Kazakhstan : Libération conditionnelle de deux dirigeants syndicaux

La CSI a salué la libération conditionnelle de deux dirigeants du mouvement syndical autonome du Kazakhstan, Nurbek Kushakbaev et Amin Eleusinov, et a insisté sur le retrait de tous les chefs d’accusation qui pèsent à leur encontre, au même titre que les chefs également fabriqués introduits contre Larisa Kharkova, présidente de la Confédération des syndicats autonomes du Kazakhstan (CITUK/KNPRK).

Kushakbaev et Eleusinov avaient été incarcérés pour leur participation à des manifestations pacifiques, alors que Kharkova a été condamnée à une restriction de mouvement et la confiscation de sa propriété. Les trois syndicalistes avaient en outre été frappés d’une interdiction d’occuper des fonctions au sein d’organisations publiques, y compris les syndicats.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a déclaré : « Nous nous réjouissons du fait que nos deux collègues aient pu retrouver leurs familles, amis et collègues ; cependant, le gouvernement du Kazakhstan doit mettre fin à la répression contre les syndicats indépendants légitimes, retirer les chefs introduits contre les représentants syndicaux et lever l’interdiction sur l’enregistrement de la CITUK. Les partenaires politiques et économiques du Kazakhstan devraient rappeler au gouvernement ses obligations de respecter la liberté syndicale et les autres droits fondamentaux des travailleurs et faire pression sur le gouvernement s’il continue à fouler aux pieds le droit international. »

À lire aussi :
https://www.ituc-csi.org/kazakhstan-repression-of
https://www.ituc-csi.org/kazakhstan-union-leader-sentenced