Journée mondiale pour le travail décent: privilégier des emplois justes

Plus de 200 millions d’emplois ont disparu à cause de la pandémie; cent millions d’autres sont encore en danger et de nombreuses personnes sont sans emploi – dont une grande majorité de femmes – ou simplement sorties du marché du travail. C’est dans ce contexte que la Journée mondiale pour le travail décent, le 7 octobre, exhortera chaque gouvernement à mettre au point des programmes pour l’emploi.

La secrétaire générale de la CSI, Sharan Burrow, a déclaré: «Les gouvernements doivent avoir une priorité absolue, celle de l’emploi. Ils doivent renouveler leur engagement pour le plein emploi. C’est la base de la sécurité économique et de la justice sociale.

«Pour la CSI, le but doit être de créer 575 millions d’emplois et de formaliser au moins la moitié des emplois informels d’ici à 2030. C’est le seul moyen d’atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies, tout particulièrement l’ODD 8, dont la réalisation est essentielle pour concrétiser les autres ODD.

«Les syndicats appellent les gouvernements à venir s’asseoir à la table des négociations avec les syndicats, les employeurs et d’autres acteurs pour définir de toute urgence des objectifs ambitieux visant à créer des emplois et à préserver les emplois existants. Ils doivent ensuite atteindre ces objectifs en veillant à la création d’emplois respectueux du climat afin de stabiliser la planète et de parvenir à une économie zéro carbone.

«Il est fondamental de privilégier l’emploi dans le secteur vital du soin et dans les infrastructures. Notre requête en faveur des emplois est réalisable, en particulier si les gouvernements adoptent des politiques fiscales équitables, au lieu d’appliquer des politiques conçues pour laisser une poignée de personnes accumuler des centaines de milliards de dollars en recourant à l’évasion fiscale. Les recettes fiscales ainsi dégagées permettraient de relancer la création d’emplois.»

Un nouveau contrat social

«Le marché mondial du travail est en panne. Les gouvernements n’ont pas réussi à réglementer l’emploi et ont perdu de vue l’objectif du plein emploi. Le travail est encore plus précaire qu’avant le début de la pandémie; il faut donc changer les règles pour protéger les personnes contre l’exploitation grandissante et l’insécurité généralisée.

«Les emplois sont absolument indispensables à la reprise et à la résilience nécessaires sur toute la planète pour lutter contre la pandémie et d’autres menaces existentielles. La création d’emplois est au centre du Nouveau contrat social, ainsi que les droits, la protection sociale, l’égalité et l’inclusion. La Journée mondiale pour le travail décent renforcera l’appel à des emplois justes, dans le but de surmonter la crise de l’informalité, comme le souligne notre document de campagne», a précisé Sharan Burrow.