Iran : Harcèlement incessant contre le mouvement syndical indépendant

La CSI condamne avec force le harcèlement incessant dont fait l’objet le mouvement syndical indépendant en Iran. La CSI a soulevé de nombreuses protestations contre l’Iran au cours des derniers mois et années en réaction aux arrestations, aux harcèlements et autres menaces d’incarcération dont ont fait l’objet des syndicalistes pour avoir exercé leurs activités syndicales légitimes.

D’après l’information communiquée à la CSI, novembre a été un mois terrible pour les syndicalistes en Iran. Le lundi 23 novembre, Morteza Komsari, membre du Vahed Syndicate a été écroué. Le lundi 17 novembre, le tribunal de Shush a prononcé des peines de six mois d’incarcération contre trois travailleurs de la compagnie Haft Tapeh, nommément Alireza Saeedi, Behrooz Mollah Zadeh et Behrooz Nikoofar, accuses d’avoir « insulté le leader. » Le 9 novembre, Homayoun Jabari a été arrêté et détenu durant 11 jours dans la branche nº 4 du centre pénitentiaire de Rajai Shahr. Le 3 novembre, Saeed Torabian, directeur aux communications du syndicat des travailleurs de la compagnie d’autobus et un collègue syndicaliste, Gholamreza Gholamhosseini, du Vahed Syndicate ont été attaqués dans un cybercafé à Karaj.

Dans une lettre envoyée aux autorités iraniennes, la CSI a appelé instamment le président de la République islamique, Mahmoud Ahmadinejad, à prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour mettre fin sur-le-champ aux harcèlements et aux abus à l’encontre des adhérents et libérer Mansour Osanloo, de même que tous les autres syndicalistes maintenus en détention pour le simple fait d’avoir exercé leurs droits légitimes.

« En tant que membre de l’OIT, il incombe à l’Iran de remplir certaines obligations, parmi lesquelles figurent le respect de la liberté d’association et le respect de tous les droits fondamentaux des syndicalistes », a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.