Introduction L20

Le Groupe syndical 20 (L20) représente les intérêts des travailleurs et des travailleuses au niveau du G20 G20 The Group of Twenty, or G20, is a forum for international cooperation on the most important aspects of the international economic and financial agenda. It brings together 19 countries and the European Union, which together represent around 90% of global GDP, 80% of global trade and two thirds of the world’s population. . Il regroupe les représentants de syndicats des pays du G20 G20 The Group of Twenty, or G20, is a forum for international cooperation on the most important aspects of the international economic and financial agenda. It brings together 19 countries and the European Union, which together represent around 90% of global GDP, 80% of global trade and two thirds of the world’s population. et des Fédérations syndicales internationales et est coordonné par la Confédération syndicale internationale (CSI) et la Commission syndicale consultative auprès de l’OCDE (TUAC).

Le Japon a assumé la présidence du G20 G20 The Group of Twenty, or G20, is a forum for international cooperation on the most important aspects of the international economic and financial agenda. It brings together 19 countries and the European Union, which together represent around 90% of global GDP, 80% of global trade and two thirds of the world’s population. le 1er décembre 2018. Le Premier ministre Shinzo Abe a présenté un programme visant à « promouvoir le libre-échange et l’innovation, en assurant la croissance économique et la réduction des disparités », la réalisation des ODD, les investissements dans l’infrastructure et la santé au niveau international, la lutte contre le changement climatique et les déchets plastiques dans les océans et à créer une « société 5.0 » – « une société dans laquelle tous les individus sont activement engagés ».

La centrale syndicale hôte du L20 et son président Rikio Kozu, conjointement avec la Confédération syndicale internationale (CSI) et la Commission syndicale consultative auprès de l’OCDE (TUAC), organiseront le Sommet du L20 les 29 et 30 août à Tokyo.

Les ministres du Travail et de l’Emploi, qui se réuniront à Matsuyama les 1er et 2 septembre, débattront des changements démographiques, notamment les défis d’une société vieillissante, tels que le financement des retraites, l’allongement de la vie professionnelle et les emplois dans les services de soins, ainsi que des plans visant à accroître la participation des femmes au marché du travail et d’un « échange de pratiques » sur l’avenir du travail et les nouvelles formes de travail. Une délégation restreinte de représentants syndicaux de haut niveau assistera et contribuera à la réunion des ministres du Travail et de l’Emploi du G20.

Depuis l’éclatement de la crise financière en 2008, le L20 s’est engagé dans les processus intergouvernementaux du G20 afin d’assurer un dialogue inclusif et constructif sur « l’emploi et la croissance », comme l’un des groupes officiels de consultation, conjointement avec le groupe des entreprises (Business 20 – B20), ainsi que d’autres groupes de consultation.

Le L20 transmet les messages clés du mouvement syndical international lors des consultations avec le Groupe de travail sur l’emploi et des réunions des sherpas, des réunions des ministres du Travail et des Finances et des Sommets du G20. Les consultations conjointes des partenaires sociaux avec les dirigeants ainsi qu’avec les ministres du Travail font partie intégrante du processus du G20.

Les membres du L20 formulent leurs messages clés dans le cadre d’un vaste processus de consultation et confirment leurs objectifs politiques lors du Sommet du L20 durant chaque présidence du G20.

L’action de promotion des politiques du L20 s’axera sur:

  • la poursuite du travail du sous-groupe sur la part des revenus du travail et le travail décent, en particulier dans les chaînes d’approvisionnement et la transformation du travail;
  • la lutte contre les inégalités de revenus moyennant le salaire minimum et la négociation collective, le respect des droits du travail et la protection sociale;
  • l’accroissement des investissements dans les infrastructures et l’économie des soins;
  • la réduction de l’écart salarial entre hommes et femmes moyennant des mesures visant à accroître la participation des femmes au marché du travail;
  • la préparation des travailleurs/euses à un avenir du travail riche en emplois et prometteur;
  • la lutte contre les effets néfastes de la numérisation et des règles plurilatérales concernant le commerce électronique sur les marchés du travail et les cadres réglementaires;
  • la promotion de la transparence fiscale et de l’obligation de rendre compte;
  • la coordination des politiques visant à assurer une transition juste vers une économie sans émission nette de carbone et la transformation numérique;
  • la protection des droits du travail des migrants et la réalisation du Programme à l’horizon 2030.

Le L20 n’a cessé de faire pression pour:

  • générer des investissements en vue de créer des emplois de qualité;
  • accroître les apprentissages de qualité et les compétences;
  • garantir la formalisation du travail, moyennant des salaires minimums, les droits du travail et des socles de protection sociale;
  • assurer une croissance durable, verte et inclusive;
  • assurer une répartition équitable des revenus;
  • procéder à la reréglementation du secteur financier;
  • suivre de près la mise en œuvre des engagements antérieurs et futurs du G20.