Corée : La dirigeante syndicale Lee Young-joo libérée de prison

photo: KCTU

La CSI a salué la libération de prison de la dirigeante syndicale sud-coréenne Lee Young-joo, mais regrette vivement que les poursuites engagées contre elle n’aient pas été abandonnées.

Lee, l’ancienne secrétaire générale de la Confédération coréenne des syndicats (KCTU), a été accusée, conjointement à Han Sang-gyun, alors président de la KCTU, d’avoir organisé des manifestations syndicales sous le régime corrompu de la présidente coréenne déchue Park Geun-hye, il y a près de trois ans. Han a récemment été libéré sur parole.
https://www.ituc-csi.org/la-csi-se-felicite-de-la-20276.

« Nous sommes heureux que Lee, tout comme Han, soit maintenant libre et retrouve sa famille, ses amis et ses collègues après la suspension de sa peine par le tribunal. Toutefois, le fait que le tribunal l’ait déclarée coupable, alors qu’elle défendait simplement les droits des travailleurs durant la présidence corrompue de la présidente déchue Park, est extrêmement décevant. La Corée se classant au dernier rang de l’indice CSI des droits dans le monde, les travailleurs attendent du gouvernement du président Moon qu’il réforme la législation du travail de manière à ce que la liberté d’association et la négociation collective soient pleinement respectées, » a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.

Dans l’indice CSI des droits dans le monde, la Corée du Sud figure au classement 5 « Les droits ne sont pas garantis ».

Pour plus d’informations : http://www.industriall-union.org/fr/liberation-de-la-dirigeante-syndicale-coreenne-lee-young-joo