Condamnation au Qatar pour l’incendie de la crèche du centre commercial Villaggio

l’ambassadeur du Qatar pour l’Union européenne, la Belgique et le Luxembourg, cheikh Ali Bin Jasim Thani Al Thani, et sa femme, Iman Hamad Abdulaziz Al Kawari, ont été condamnés aujourd’hui à six ans d’emprisonnement par un tribunal qatari pour le manquement grave aux règles de protection et de sécurité de la crèche Gympanzee dont ils étaient propriétaires.

Cinq personnes ont été reconnues coupables dans l’incendie de la crèche du centre commercial Villaggio, où 19 personnes, dont 13 enfants, ont tragiquement trouvé la mort l’année dernière, le 28 mai.
Comme l’ambassadeur du Qatar et sa femme, les propriétaires du centre commercial Villaggio, le directeur adjoint et un employé du ministère du Commerce ont eux aussi été condamnés à six ans de prison.

Les familles des jeunes enfants qui ont péri dans l’incendie ont accueilli favorablement le verdict et la décision de justice concernant les responsables du sinistre.

Martin Weekes, un Néozélandais qui a perdu des triplets dans l’incendie, a déclaré: «Le jour du verdict est un grand jour pour la mémoire de ces 19 personnes innocentes, parmi lesquelles 13 de nos enfants, morts l’année dernière à Villaggio. Nos chers petits, qui ne verront jamais la justice. Chers petits, vous nous manquez un peu plus chaque jour».

«Nous attendons toujours de savoir ce qui s’est passé ce 28 mai 2012. Le procès ne nous a donné que quelques réponses. Nous avons encore des questions. Pour obtenir les informations dont nous avons tant besoin, nous appelons l’État du Qatar à publier le rapport officiel sur l’incendie. Une simple demande qui nous permettrait à tous de comprendre ce qui s’est passé» ajoute Martin Weekes.

Une partie du centre commercial Villaggio est restée fermée après le sinistre, mais elle a subitement été rouverte la veille du jugement.

«À aucun moment nous n’avons bénéficié de la dignité de pouvoir pleurer nos enfants sur le lieu où ils sont morts, en privé. Les propriétaires et la direction, qui ont pour certains été jugés, n’ont pas manifesté le moindre remords à notre égard. Ils devraient avoir honte» confie Martin Weekes.

Le Qatar, en raison d’une réglementation laxiste et d’une mauvaise surveillance, détient le bilan le plus désastreux des pays riches en matière de sécurité contre les incendies. Les chiffres officiels révèlent que 90% des incendies demeurent inexpliqués.

«Aujourd’hui, nos pensées vont vers les familles des 19 personnes qui ont perdu la vie. Nous sommes extrêmement préoccupés par la sécurité des bâtiments au Qatar, et par le manque de surveillance des conditions de travail et de respect de la sécurité publique.

«De plus en plus de travailleurs sont exposés au danger, parallèlement à l’explosion continue du secteur de la construction au Qatar, dans la perspective de la Coupe du monde de 2022.

«Pour bon nombre d’entre nous, le Qatar donne l’impression d’accorder peu de valeur à la vie humaine. Des millions de travailleurs sont exploités dans des conditions d’esclavage pour construire des bâtiments de mauvaise qualité au mépris des règles de sécurité. Les personnes qui occupent ces lieux, en tant que visiteurs ou spectateurs, doivent savoir que le Qatar peut empêcher et éviter de telles tragédies» affirme Sharan Burrow, la secrétaire générale de la CSI.