Chili: la grève nationale couronnée de succès malgré la répression

Au vu de la participation de dizaines de milliers de travailleurs/euses chiliens à une grève nationale de deux jours à l’appel de la centrale syndicale CUT affiliée à la CSI, la pression s’accentue sur le gouvernement du président Piñera pour qu’il réponde aux demandes, largement soutenues, d’un changement de cap majeur.

Le mouvement syndical international condamne fermement la violence et la répression dont fait l’objet la grève. Les autorités ont attaqué des manifestants pacifiques en tirant des balles en caoutchouc et en actionnant des canons à eau. « Dans une réelle démocratie, la population a le droit légitime de manifester et de revendiquer des changements. La violence n’a pas sa place et la répression exercée par les autorités pour mettre fin à la grève et aux manifestations est totalement inacceptable », a affirmé la secrétaire générale de la CSI, Sharan Burrow, à Santiago.

La CSI et la CSA, son organisation régionale pour les Amériques, continueront de soutenir le mouvement syndical chilien, dont l’alliance avec les étudiants et d’autres groupes de la société civile vise à garantir l’accès de tous les Chiliens à une éducation de qualité, la conformité de la législation du travail du pays avec les normes de l’OIT et des réformes budgétaires et politiques.

Les centrales syndicales de nombreux autres pays, dans les Amériques et dans d’autres régions, continuent d’envoyer des messages de soutien et de solidarité à leurs collègues chiliens. De plus amples informations sont disponibles sur le site web de la CUT