Chile : Les dirigeants de la CSI en visite dans le pays expriment leur soutien à la grève nationale

La secrétaire générale de la CSI, Sharan Burrow, a exprimé le plein soutien de la Confédération syndicale internationale pour une grève nationale de deux jours convoquée par la centrale syndicale nationale CUT. Sharan Burrow a fait sa déclaration au cours d’une visite dans la capitale chilienne Santiago, où elle était accompagnée de Victor Baez, secrétaire général de l’Organisation régionale de la CSI pour les Amériques CSA

Sharan Burrow a affirmé : « Je suis honorée d’accompagner nos camarades de la CUT dans cette lutte formidable qu’ils mènent aux côtés des étudiants, des professeurs et des travailleurs. Cette lutte pour l’éducation gratuite, pour la santé, pour la sécurité sociale, pour un nouveau Code du travail et pour une nouvelle Constitution est une lutte pour un Chile meilleur, mais aussi pour un monde meilleur. Je vous transmets les salutations de 175 millions de travailleurs et travailleuses aux quatre coins du monde qui suivent avec fierté cette mobilisation. »
« Les regards du monde entier sont rivés sur le Chile et sur le gouvernement chilien, qui passe outre aux revendications des travailleurs et qui ne s’est pas soucié des inégalités », a indiqué Sharan Burrow.

Et d’ajouter : « Nous sommes avec le Chile car nous savons que les politiques néolibérales excluent les travailleurs et travailleuses, qu’elles ne fonctionnent pas et qu’elles ne nous sont pas favorables. C’est la détermination avec laquelle la CUT et les travailleurs mènent la lutte pour la justice sociale qui permettra de remporter ce combat, pour que le Chile devienne un pays différent et que nous puissions vivre dans un monde meilleur.

Pour sa part, Victor Baez, secrétaire général de la CSA a dit : « Nous assistons enfin à une réaction unie entre les travailleurs et les étudiants et de la même manière qu’on évoque le mai de Paris, nous espérons pouvoir un jour parler de l’août de Santiago. »

« Pendant très longtemps, le néolibéralisme a brandi le Chili comme un exemple à suivre pour les autres pays. Ils passent, cependant, sous silence le gouffre de l’inégalité sociale si profond qu’il nous fait honte. C’est pourquoi nous sommes venus vous soutenir et que je transmets les salutations de 52 millions de travailleurs et travailleuses de toute l’Amérique latine aux travailleurs et aux travailleuses, aux étudiants et aux professeurs, qui unissent leurs voix pour un Chile meilleur », a déclaré Victor Baez.

Arturo Martinez, président de la Centrale unitaire des travailleurs (Central Unitaria de Trabajadores – CUT) a, quant à lui, déclaré : « Cette visite revêt pour nous énormément d’importance dès lors qu’elle nous soutient dans notre juste lutte, alors-même que nous nous préparons à entamer une grève nationale dès demain. »

« Rien de mieux que ces salutations et ce soutien solidaire à l’heure où nous nous préparons à lancer notre grande mobilisation pour l’égalité et la justice, mais aussi à un moment où le gouvernement a commencé, de manière désespérée, à menacer et à fomenter un climat tendant à criminaliser notre mot d’ordre de grève », a indiqué Martinez.

Et de rappeler : « Nous avons appelé à paralyser le pays tout entier, sans plus, et il nous semble invraisemblable que la ministre du Travail invoque des faits qui ne font pas partie de notre appel ; qu’elle assume la responsabilité de ses propos. »
« Notre appel est extrêmement clair et transparent ; ils déploieront probablement toute la police dans les rues mais cela ne nous empêchera pas de manifester pour les enjeux figurant dans l’appel à la grève », a affirmé Martinez avant de souligner : « La communauté internationale suivra de près la conduite du gouvernement durant les prochaines heures. »

Et Martinez de conclure : « Ceci est un mouvement syndical solidaire : Ouvrons la voie à l’instauration de la démocratie sociale de par le monde dès à présent. »
Les centrales syndicales de nombreux autres pays, des Amériques et d’autres régions, envoient des messages de soutien et de solidarité à leurs collègues chiliens. Pour toute information complémentaire, prière de consulter le site web de la CUT