Appel lancé par les entreprises, les travailleurs et la société civile du monde entier en faveur d’un allègement d’urgence et exhaustif de la dette en vue de permettre à tous les pays dans le besoin de lutter contre la pandémie de COVID-19

La Chambre de commerce internationale (ICC), représentant institutionnel de plus de 45 millions d’entreprises, la Confédération syndicale internationale (CSI), porte-parole des travailleurs et des travailleuses du monde entier, et Global Citizen, qui est un mouvement de citoyens engagés utilisant leur voix collective pour que soit mis fin à la pauvreté extrême avant 2030, ont publié aujourd’hui une lettre ouverte dans laquelle ils demandent instamment aux Ministres des finances des pays du G20 G20 The Group of Twenty, or G20, is a forum for international cooperation on the most important aspects of the international economic and financial agenda. It brings together 19 countries and the European Union, which together represent around 90% of global GDP, 80% of global trade and two thirds of the world’s population. de s’appuyer sur les efforts préalablement consentis pour parvenir, lors de la réunion qui va se tenir cette semaine, à un train de mesures réellement exhaustif sur la dette souveraine.

Cette lettre fait suite à la précédente intervention de la coalition, en avril, juste avant les réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale. Prenant note des progrès réalisés depuis, y compris la reconstitution des ressources du Fonds fiduciaire d’assistance et de riposte aux catastrophes et la mise sur pied de l’Initiative de suspension du service de la dette (ISSD), la lettre appelle à une prolongation de l’ISSD jusqu’au 30 avril 2022 et à un élargissement des critère d’éligibilité au titre de l’initiative afin d’inclure les pays à revenu intermédiaire, tranche inférieure, et les pays à revenu intermédiaire. Dans leur argumentation en faveur de la prolongation de l’ISSD juste trois mois après la création de cette initiative, les trois organisations mondiales soulignent l’aggravation des perspectives économiques mondiales, ainsi que l’inquiétude grandissante de voir le fardeau de la dette compromettre les efforts déployés en vue de maîtriser la pandémie et de garder les économies à flot. On peut lire dans la lettre : « Tout plan de cette nature devrait être suffisamment téméraire pour lever les entraves posées à la maîtrise de la pandémie par le fardeau de la dette souveraine, tout en permettant une reprise mondiale qui accorde la priorité à la résilience sanitaire, au travail décent et à la croissance de l’économie réelle ».

Unissant leurs forces dans cet appel à une action urgente et coordonnée sur la dette, John W.H. Denton AO, Secrétaire général de l’ICC, Sharan Burrow, Secrétaire générale de la CSI et Michael Sheldrick, Chef des politiques et des affaires gouvernementales de Global Citizen ont écrit:
« Il est absolument indispensable de retirer l’épée de Damoclès que représente le fardeau de la dette souveraine pour lutter contre la pandémie et sortir de la crise économique, pour le bien des entreprises, des travailleurs et des citoyens du monde entier. L’investissement requis de la part des principales économies du monde est infime comparé aux coûts sociaux et économiques de l’inaction. »

Rendant compte des inquiétudes sur l’efficacité de l’ISSD qui pourrait être mise à mal par la participation jusqu’à présent limitée des banques multilatérales et des porteurs d’obligations, la lettre met également en avant un certain nombre de mesures que le G20 G20 The Group of Twenty, or G20, is a forum for international cooperation on the most important aspects of the international economic and financial agenda. It brings together 19 countries and the European Union, which together represent around 90% of global GDP, 80% of global trade and two thirds of the world’s population. pourrait prendre en vue de permettre la participation collective de tous les créanciers à l’allègement proposé à tout pays qui en aurait besoin des suites de la pandémie de coronavirus.

« L’allègement de la dette est crucial, non seulement pour les pays les plus vulnérables, mais aussi en tant qu’élément fondamental de la riposte mondiale à la pandémie. Le monde ne peut pas se permettre de renouveler les erreurs commises lors de la crise financière d’il y a un peu plus de dix ans, lorsque l’on a autorisé les marchés monétaires et les agences de notation à détruire les moyens de subsistance et anéantir la résilience », a dit Sharan Burrow, Secrétaire générale de la CSI.

Lire le texte intégral de la lettre (en anglais).