Sondage d’opinion mondial: l’incapacité des gouvernements à résoudre les problèmes des bas salaires et des emplois précaires menace la confiance dans la politique et la démocratie

Les travailleurs et les travailleuses aux quatre coins du monde luttent pour joindre les deux bouts, estiment que leur emploi est précaire et ne pensent pas que leur voix compte en politique, selon un nouveau sondage d’opinion mondial de la Confédération syndicale internationale (CSI).

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a déclaré: « Les gouvernements ne respectent pas les travailleurs et les travailleuses et ne respectent pas non plus les électeurs. La fragilité de l’économie mondiale est mise en évidence dans la mesure où 59 % des personnes actives s’en sortent à peine financièrement, luttent pour joindre les deux bouts, ou ne s’en sortent pas du tout financièrement, et pratiquement deux personnes sur trois considèrent en général que leur voix ne compte pas en politique. En l’absence de mesures visant à augmenter les salaires et à changer les règles pour les travailleurs et les travailleuses, nous mettons en péril la démocratie ».

Publié à l’ouverture du 4e Congrès mondial de la CSI à Copenhague, le dimanche 2 décembre, le Sondage d’opinion mondial de la CSI 2018, commandé à la société de sondage YouGov, couvre la population de 14 pays.

Le Sondage d’opinion mondial révèle que:

  • 59 % des personnes actives s’en sortent à peine financièrement, luttent pour joindre les deux bouts, ou ne s’en sortent pas du tout financièrement, souvent ne pouvant satisfaire leurs besoins essentiels ou s’endettant.
  • Pratiquement une personne sur quatre (23 %) des personnes actives considère que son emploi est précaire.
  • Seulement 37 % des personnes considèrent que leur voix compte toujours ou généralement en politique.

« La prospérité partagée est difficile à garantir, les citoyens peinent à s’en sortir avec les salaires qu’ils gagnent, et une personne sur quatre considère que son emploi est précaire. La cohésion sociale est menacée dans la mesure où le modèle économique mondial basé sur la cupidité des entreprises ne prend pas en compte les travailleurs et les travailleuses », a indiqué Sharan Burrow.

La CSI constitue la plus grande communauté démocratique mondiale, et son Congrès mondial débattra du mandat pour le mouvement syndical international, auquel assisteront plus de 1 200 syndicalistes de 132 pays.

« Afin de rétablir la paix, la démocratie et les droits, nous devons réglementer le pouvoir économique, notamment les salaires minimums vitaux, la protection sociale et un nouveau contrat social. Les travailleurs/euses ont besoin d’une sécurité dans le cadre des transitions justes, tout comme la garantie de l’égalité assurant l’inclusion, afin de faire face aux transformations dans le monde du travail résultant du changement climatique, de la technologie et du déplacement des personnes.
« Au départ, les banques étaient trop grandes pour faire faillite, renflouées durant la crise financière mondiale. Aujourd’hui, la grandeur d’entreprises, telles qu’Amazon, qui exploitent les travailleurs/euses, éludent l’impôt, contournent la politique de concurrence et dénaturent le modèle commercial en exerçant leur monopole, les rend intouchables.

« Lorsque les gouvernements ne parviennent pas à défendre leur propre population, à réglementer le pouvoir des entreprises, à garantir une fiscalité équitable, la distribution des richesses moyennant un salaire minimum, le droit de négociation collective et la protection sociale, ainsi que des services publics essentiels, il en résulte un monde où pratiquement deux personnes sur trois ne considèrent pas que leur voix compte en politique.

« Ce n’est que lorsque les gouvernements défendront leurs propres citoyens, réglementeront le pouvoir des entreprises, et garantiront une fiscalité équitable, la distribution des richesses moyennant un salaire minimum, le droit de négociation collective, la protection sociale, ainsi que des services publics essentiels, que l’énorme déficit croissant de confiance dans la politique disparaîtra.
« Le mouvement syndical international, réuni à Copenhague lors du Congrès mondial de la CSI, met en garde les gouvernements et les entreprises. Le multilatéralisme est en pleine crise et la démocratie est menacée. Nous devons changer les règles de l’économie mondiale pour restaurer la confiance », a indiqué Sharan Burrow.

Le Sondage d’opinion mondial a été effectué du 15 octobre au 6 novembre dans les pays suivants: Afrique du Sud, Brésil, Bulgarie, Corée du Sud, Danemark, États-Unis, Inde, Indonésie, Maroc, Mexique, Portugal, Philippines, Royaume-Uni et Turquie.

Notes à l’attention des rédacteurs:
Pour obtenir une copie des tableaux de données sur les salaires, la sécurité de l’emploi, la confiance dans la politique et la démocratie (en anglais), veuillez contacter Gemma Swart à l’adresse: gemma.swart@ituc-csi.org.

Le Sondage d’opinion mondial 2018 de la CSI couvre la population adulte des pays suivants: Afrique du Sud, Brésil, Bulgarie, Corée du Sud, Danemark, États-Unis, Inde, Indonésie, Maroc, Mexique, Portugal, Philippines, Royaume-Uni et Turquie. Tous les chiffres du sondage susmentionnés représentent la moyenne des 14 pays, chacun étant affecté du même poids de sondage.

Dans chaque pays, au moins 1 000 personnes ont été interrogées, pour un total de 14 834 personnes sondées. Tous les entretiens ont été menés en ligne. YouGov a procédé aux enquêtes sur le terrain du 15 octobre au 6 novembre 2018. Les chiffres ont été pondérés à l’échelle nationale et sont représentatifs de tous les adultes dans leur pays respectif.

Le 4e Congrès mondial de la CSI, qui sera inauguré à Copenhague le dimanche 2 décembre, se tiendra jusqu’au vendredi 7 décembre. La CSI représente 207 millions de travailleurs/euses au sein de 331 centrales syndicales nationales dans 163 pays.

Suivez en direct les faits marquant du Congrès (Copenhague GMT +1):
congress2018.ituc-csi.org

Dimanche 2 décembre 16h00 – 18h00 cérémonie d’ouverture
Elle comprendra les discours prononcés par le Premier ministre du Danemark, Lars Løkke Rasmussen; le maire de Copenhague, Frank Jensen; le directeur général de l’Organisation internationale du travail, Guy Ryder; la présidente de la LO-Danemark, Lizette Risgaard; et le président de la CSI, João Antônio Felício.

Lundi 3 décembre 09h00 – 12h30 séance plénière
Allocution de Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, présentant l’état du monde pour les travailleurs et les travailleuses, ainsi que les conclusions du Sondage d’opinion mondial 2018 de la CSI.