L’ODD 8 offre à l’Asie et au Pacifique les moyens de remédier au grave déficit de travail décent

L’Asie et le Pacifique est une région qui souffre d’un grave déficit de travail décent où réside plus de la moitié de la population mondiale. L’Indice CSI des droits dans le monde 2019 classe la région au deuxième rang mondial des droits des travailleurs. La plupart des travailleurs de la région souffrent d’agressions récurrentes, d’exploitation et de mauvaises conditions de travail qui ont un impact au-delà de leur espace de travail. Par exemple, la mortalité liée au travail est six fois plus élevée en Asie que dans les autres régions du monde, elle représente 65% de la mortalité liée au travail dans le monde. Ces chiffres cachent une réalité crue de familles dévastées et de communautés touchées.

Mais il y a aussi des opportunités à venir. La CSI AP était bien consciente de l’immense défi que représente la création d’un nouveau contrat social basé sur le travail décent. Néanmoins, l’organisation est également fermement résolue à les surmonter. À cet effet, dans son programme d’action 2019-2023, adopté lors de la 4e Conférence régionale CSI-AP d’octobre 2019 à Tokyo, au Japon, la CSI AP a identifiéle Programme 2030 et ses objectifs de développement durable (ODD ODD Les Objectifs de développement durable ont été l’un des résultats de la Conférence Rio+20. Les États membres ont lancé une nouvelle série de futurs objectifs internationaux en matière de développement, qui se baseront sur les Objectifs du millénaire pour le développement et convergeront avec le programme de développement pour l’après-2015. ) comme un moyen important de faire pression pour la réalisation du travail décent, notamment par des actions qui contribuent à la réalisation de l’objectif 8 visant à promouvoir une croissance économique soutenue, inclusive et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.

Les ODD ODD Les Objectifs de développement durable ont été l’un des résultats de la Conférence Rio+20. Les États membres ont lancé une nouvelle série de futurs objectifs internationaux en matière de développement, qui se baseront sur les Objectifs du millénaire pour le développement et convergeront avec le programme de développement pour l’après-2015. et l’Objectif 8

L’approbation des objectifs de développement durable par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2015 a suscité un engagement politique mondial de s’éloigner de la mentalité du « statu quo » qui a permis à la cupidité des entreprises de mener le monde au bord de l’effondrement social et environnemental. En outre, il a élevé les 17 ODD ODD Les Objectifs de développement durable ont été l’un des résultats de la Conférence Rio+20. Les États membres ont lancé une nouvelle série de futurs objectifs internationaux en matière de développement, qui se baseront sur les Objectifs du millénaire pour le développement et convergeront avec le programme de développement pour l’après-2015. au niveau d’engagements internationaux que les gouvernements ne peuvent tout simplement pas ignorer. La CSI-AP a saisi l’opportunité historique offerte par les ODD, notamment en ce qui concerne l’objectif 8, car, comme il est dit dans son programme d’action : « C’est la première fois qu’un instrument de développement international cite spécifiquement le travail décent parmi ses objectifs ».

L’objectif 8 est également étroitement lié à l’Agenda du travail décent de l’Organisation internationale du travail, qui stipule que le travail décent a quatre dimensions : droits fondamentaux des travailleurs, emploi, protection sociale et dialogue social. Ces dimensions sont interdépendantes et il est absolument nécessaire de les traiter simultanément. Le fait de négliger l’une d’entre elles nuit à la progression des autres. La priorisation extrême actuelle de la dimension économique en témoigne. La dimension économique a été si longtemps superposée aux trois autres qu’elle a conduit à endommager la planète au point de menacer gravement toute vie sur Terre et à amener des communautés à des niveaux de pauvreté qui sont au-delà du point de non-retour dans le cadre économique actuel. De plus, elle a enfermé l’économie mondiale dans un cercle vicieux de crises récurrentes et de faible création d’emplois.

La position de la CSI-AP sur l’ODD 8

Pour atteindre l’objectif de développement durable n° 8, la CSI-AP souligne que les pays doivent cesser de considérer le travail décent comme un sous-produit des politiques économiques. Au lieu de cela, le travail décent doit être au cœur des politiques économiques des gouvernements. Les gouvernements doivent envisager d’inclure la création de travail décent en tant que stratégie à part entière dans le cadre de la stratégie de croissance économique du pays. De plus, la création d’emplois décents doit également occuper une place centrale à côté des préoccupations de politique budgétaire et monétaire. Fondamentalement, la réalisation de l’objectif 8 au niveau national doit impliquer une approche allant au-delà des politiques de l’emploi pour inclure les quatre dimensions du travail décent, y compris des institutions solides pour la protection sociale universelle et un dialogue social fondé sur le plein respect des principes et des droits fondamentaux au travail.

Pour que les quatre dimensions du travail décent soient réellement intégrées aux politiques nationales de développement et aux politiques de mise en œuvre des objectifs de développement durable, les syndicats doivent être associés aux politiques nationales de mise en œuvre des objectifs de développement durable et à la préparation des Examens volontaires nationaux. En outre, les syndicats devraient avoir un rôle de surveillance sur la mise en œuvre nationale des ODD en général et l’objectif 8 en particulier, comme l’ont fait les syndicats en Inde, Indonésie, Japon, Corée, Mongolie et Népal les années précédentes.

La CSI-AP, avec la CSI, poursuivra le travail dans le cadre de la campagne sur l’ODD 8 « #TimeFor8 - Le temps presse pour un Nouveau Contrat Social » dans la région Asie-Pacifique.

 

 


Pour plus d’information

 
Photo : Travailleuses au Bangladesh luttent pour leur liberté d’association, le 1er mai 2016. Crédit : Solidarity Center.