Un nouveau contrat social en faveur de la reprise et de la résilience dans le respect de l’équité hommes-femmes

Lorsque nous avons célébré la Journée internationale des femmes l’an passé, le monde s’apprêtait à vivre une crise mondiale de la santé publique. L’OMS a déclaré le 11 mars 2020 que la Covid-19 était une pandémie, entraînant une perturbation sans précédent de l’activité économique, sociale et culturelle sur toute la planète.

https://youtu.be/0YO8wKxy0TM

Une année plus tard, la pandémie a clairement démontré que le travail des femmes – payé ou non – est indispensable au bon fonctionnement de nos sociétés et de nos économies, même dans les circonstances les plus exceptionnelles. Dirigeantes syndicales, travailleuses essentielles des services de santé et de soins, du nettoyage, des commerces alimentaires, ou aidantes à domicile non rémunérées, les femmes sont au premier plan depuis le début de cette crise.

Cependant, la pandémie a exacerbé et creusé les inégalités structurelles préexistantes. Un nombre trop important de femmes et de personnes déjà en marge de nos sociétés du fait de la discrimination, de l’exclusion et de la violence subissent le plus durement les conséquences sanitaires et socioéconomiques de la pandémie.

Lors de la Journée internationale des femmes, les syndicats s’associent aux organisations de défense des droits des femmes et des droits humains ainsi qu’aux mouvements féministes et de justice sociale, pour appeler à un nouveau contrat social afin de restaurer la confiance et de reconstruire la démocratie, en mettant l’accent sur :

  • les droits : garantir les droits et la protection des femmes en matière de travail, notamment le droit de vivre et de travailler dans un environnement exempt de violence et de harcèlement ;
  • les emplois : investir dans le soin pour créer les millions d’emplois décents à faible intensité de carbone ou zéro carbone dont le monde a tant besoin, contribuer à réduire les inégalités et les injustices entre les hommes et les femmes et améliorer la disponibilité et la qualité des services pour tous et toutes ;
  • la protection sociale : assurer une protection sociale qui tienne compte de la dimension de genre pour tous les travailleurs/euses, y compris dans l’économie informelle, et instaurer un Fonds mondial pour la protection sociale ;
  • l’égalité : veiller à une participation égale et équitable des femmes et des groupes affectés par le manque d’équité dans la vie économique, sociale, politique et culturelle ;
  • l’inclusion : démanteler les systèmes d’oppression entrecroisés fondés sur le genre, la race, la classe sociale, la nationalité, la citoyenneté, le handicap, l’âge, l’orientation ou l’identité sexuelles, qui ont pour effet d’exclure les individus.

Des mesures ambitieuses sont nécessaires pour construire un avenir meilleur. À l’occasion de cette Journée internationale des femmes, rendons hommage au travail et au pouvoir des femmes, dans toute leur diversité. #InvestInCare #RatifyC190

Graphiques pour les réseaux sociaux : https://trello.com/c/08k5HKbb

https://embed-assets.wakelet.com/wakelet-embed.js once per page —>