Intervention de l’Internationale des services publics lors de l’examen plénier de l’ODD 3 (Santé)

S’exprimant au nom du Grand groupe des travailleurs et des syndicats lors du Forum politique de haut niveau 2017 de l’Organisation des Nations Unies, Rosa Pavanelli, Secrétaire générale de l’Internationale des services publics (ISP), a souligné le fait qu’il est nécessaire de garder un secteur public solidement financé pour diriger la mise en œuvre de la politique de santé. Le texte intégral du discours de Mme Pavanelli est reproduit ci-dessous.

L’intervention de Mme Pavanelli commence à 1 h 42 min (en anglais)

En qualité de secteur économique productif, la santé est une source de croissance capable de créer des emplois décents, en particulier pour les femmes. Étant donné les exigences visant à atteindre les objectifs de développement durable d’une couverture maladie universelle, le travail dans le secteur de la santé nécessitera des transformations importantes, y compris des augmentations substantielles du nombre de travailleurs des services de santé. La responsabilité fondamentale de garantir l’éducation et l’emploi dans le secteur de la santé revient aux gouvernements. Il leur incombe également de garantir ce qui constitue un droit de l’homme fondamental, la santé, par l’intermédiaire d’un accès universel aux soins de santé.

Il s’avère urgent de restructurer le système fiscal international afin de capter les immenses recettes qui sont systématiquement évitées ou éludées. La santé devrait constituer l’une des plus hautes priorités pour l’utilisation des recettes, compte tenu de l’avantage que procure cet investissement dans la santé et ses bénéfices associés sur l’économie, la productivité et l’emploi. Nous savons que, dans certains cas, les réductions dans les dépenses de santé ont eu des résultats dévastateurs. L’épidémie d’Ebola a braqué les projecteurs sur les manquements du modèle de développement et a suscité des appels à une meilleure coordination des systèmes de santé financés par des fonds publics.

Il convient d’être très clair sur le fait que la façon dont sont fournis les services de santé est importante et que les systèmes de santé publique produisent de meilleurs résultats pour la santé.

Je vous invite tous à lire le document final de la Commission de haut niveau des Nations Unies sur l’Emploi et la croissance économique dans le secteur de la santé qui a été adopté lors de l’AG de l’année dernière. Celui-ci présente des recommandations concrètes pour s’attaquer aux nombreux défis rencontrés dans le secteur de la santé.

Dans l’intervalle, permettez-moi de vous rappeler nos priorités fondamentales :

  1. La couverture de santé universelle doit être garantie par les gouvernements, au moyen de prestations publiques de santé qui garantissent des services de santé universels, gratuits et complets pour tous. Si des systèmes mixtes sont en place, il convient d’assurer une gouvernance publique robuste ;
  2. Garantir que les ressources financières accrues provenant de sources existantes et nouvelles en conséquence de politiques de réforme fiscale servent à augmenter les salaires et améliorer les conditions d’emploi des travailleurs de la santé, en commençant par les effectifs actuels du personnel de santé à travers le monde ;
  3. Garantir que les politiques, règlements et lois traitent la santé et la sécurité au travail en priorité et que le contrôle de la violence au travail est inclus dans les plans et programmes visant à accroître le nombre et la qualité des travailleurs de la santé à tous les niveaux ; avec la participation des syndicats à l’aide de la négociation collective au niveau sectoriel ;
  4. Une proportion adaptée du nombre de patients par travailleur de la santé ;
  5. Éviter la promotion des partenariats public-privé (PPP) pour la fourniture de soins de santé. Bien que les efforts visant à établir des normes pour les PPP dans le secteur de la santé doivent être ouverts à l’inclusion de tous les gouvernements (y compris les autorités locales), ainsi que des principaux intervenants (utilisateurs des services de santé, travailleurs dans le secteur de la santé, etc.), établir des critères pour l’évaluation transparente et l’examen périodique des PPP du secteur de la santé au niveau local ;
    Les PPP « People First » (c.-à-d. accordant la priorité aux individus) sont un concept attrayant, mais nous savons qu’ils constituent l’exception, pas la règle.
    Les individus doivent avoir priorité sur le profit. Toujours.

Le monde nous observe ; nous sommes ici pour garantir que les promesses qui ont été faites sont tenues et que cet ordre du jour ne sera pas un simple moyen de promouvoir la privatisation.

Merci.

Informations complémentaires :