28 avril : Le manque de représentation menace la santé et la sécurité des travailleurs

L’année 2013 livre un bilan accablant en termes d’accidents du travail ayant entraîné la mort. Pas plus tard que ce mardi, nous avons dû déplorer la mort de plus de 200 travailleuses et travailleurs de la confection au Bangladesh, suite à l’effondrement du bâtiment qui abritait leur atelier, dans la localité de Savar, dans la banlieue de Dacca.

Cet événement tragique précède de quelques jours seulement la Journée internationale de commémoration des travailleurs morts et blessés au travail, où les travailleuses et travailleurs du monde entier s’uniront pour rendre hommage aux victimes de la conduite irresponsable des employeurs.

Ce qui est arrivé à Savar n’a rien d’un « accident ».

« Chaque jour, nous recevons des rapports faisant état de travailleurs morts, blessés ou atteints de maladies contractées sur leurs lieux de travail – et nonobstant la sous-évaluation chronique qui caractérise les statistiques officielles dans ce domaine, les experts estiment à près d’un million le nombre de travailleuses et travailleurs blessés au travail chaque jour ! Que font les gouvernements ? Ne se rendent-ils pas compte que quand des travailleurs sont amenés, jour après jour, à devoir choisir entre leur propre vie et la subsistance de leur famille, c’est d’un échec systémique qu’il s’agit? », demande Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale (CSI), l’une des organisations aux devants de la Journée internationale de commémoration.

Outre les centaines de milliers de morts liées à des accidents du travail, nous devons aussi nous rappeler des personnes qui ont perdu leur vie des suites de maladies professionnelles, comme dans le cas des cancers liés au travail. Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé, quelque 107.000 personnes meurent chaque année des suites de maladies de l’amiante.

« Cette semaine, lorsque les travailleuses et travailleurs de Savar ont tenté un arrêt de travail pour dénoncer les risques auxquels ils étaient confrontés, leurs griefs ont été ignorés, leurs doléances sont tombées dans l’oreille d’un sourd et cette fabrique s’est convertie en une fosse commune pour des centaines de leurs collègues », a déclaré Sharan Burrow.

« Une représentation syndicale et une formation adéquates, le respect envers les comités de santé et de sécurité et l’indépendance de ces derniers, la connaissance factuelle des travailleurs – voilà autant de conditions indispensables pour que de tels drames ne surviennent plus au 21e siècle. »

Bien que cette tragédie bouleversante soit survenue dans un contexte de pays en développement, la situation dans les pays riches n’est pas, non plus, des plus encourageantes. Au nom de la concurrence et de la réduction du déficit public, les gouvernements mettent en œuvre des plans d’austérité qui affaiblissent progressivement des instruments de régulation vitaux pour la protection des travailleurs et de leurs familles.

« Au lieu de procéder à des coupes drastiques dans les prestations sociales et les services publics, les dirigeants devraient accorder plus d’attention aux pertes phénoménales encourues par l’État lorsqu’il permet à ce massacre de perdurer et privilégier la prévention et l’application effective d’une réglementation robuste en matière de santé et de sécurité », a conclu madame Burrow.

Au Qatar, les migrants ne jouissent d’aucun droit en tant que travailleurs, les salaires sont abusivement bas et les risques pour la santé et la sécurité sont extrêmes. Chaque année, des centaines de travailleurs y perdent la vie au travail, cependant que le bilan de morts et de blessés s’alourdit à vue d’œil à mesure que les préparatifs de la Coupe du monde de 2022 s’intensifient.

À travers la Journée internationale de commémoration, la CSI espère attirer l’attention sur le rôle crucial joué par les syndicats, une réglementation forte et une application effective de la loi pour garantir des lieux de travail plus sûrs.

Pour un plan Google et des informations détaillées concernant les événements organisés aux quatre coins du monde dans le cadre de la Journée internationale de commémoration, rendez-vous sur ITUC/Hazards 28 April webpage.

À ne pas manquer, l’histoire de Bhupendra, un travailleur népalais grièvement blessé au Qatar

Notes aux rédacteurs

1. D’après les premières indications, un nombre record de travailleuses et travailleurs dans 100 pays se rallieront à l’appel international en faveur de la sécurité le 28 avril. Les activités incluront des arrêts de travail, des moments de recueillement, des rassemblements éclair, des foires d’art, des sessions de formation et des manifestations populaires dans la rue.

2. On dénombre annuellement près de 360.000 accidents du travail mortels et près de deux millions de décès survenant des suites de maladies liées au travail. Chaque jour, plus de 960.000 travailleuses /travailleurs sont blessés et en moyenne, 5.330 travailleuses/travailleurs perdent la vie des suites de maladies liées au travail.

3. D’après les estimations de l’OMS World Health Organisation’s July 2010 factsheet, l’amiante est la cause de 107.000 décès à niveau mondial annuellement. Autrement dit, même si l’on s’en tient à cette estimation conservatrice, une personne meurt chaque minute des suites d’une maladie de l’amiante. Communiqué de presse CSI, 14 septembre 2010.

4. Regulation, employment, and the economy: Fears of job loss are overblown, EPI, avril 2011. Le rapport de l’EPI conclut : « Les débats sur les réglementations se sont souvent basés sur des estimations exagérées des coûts de mise en conformité qu’elles induiront. » Autres ressources utiles.

5. ’Flexible with the truth? Exploring the relationship between labour market flexibility and labour market performance, TUC, 2010.

6. L’ "effet de sécurité de la syndicalisation" a fait l’objet de diverses études faisant autorité, où il est démontré que la santé et la sécurité s’améliorent à travers la participation active des travailleuses et travailleurs.

7. Pour un plan Google et des informations détaillées concernant les événements organisés aux quatre coins du monde dans le cadre de la Journée internationale de commémoration, rendez-vous sur ITUC/Hazards 28 April webpages ITUC/Hazards 28 April webpages.

For more information, please contact the ITUC Press Department on: +32 2 224 02 04 or +32 476 621 018