Rapport annuel de la CSI

101 syndicalistes assassinés en 2009; augmentation des pressions sur les droits des travailleurs alors que la crise touche l’emploi

Le Rapport annuel des violations des droits syndicaux de la CSI note une hausse spectaculaire du nombre de syndicalistes assassinés en 2009: leur nombre s’est élèvé à 101, soit une augmentation de 30 % par rapport aux années précédentes. Le rapport, rendu public aujourd’hui, révèle également une augmentation des pressions sur les droits fondamentaux des travailleurs parallèlement à l’aggravation des effets de la crise économique mondiale sur l’emploi.

Sur les 101 syndicalistes tués, 48 ont été assassinés en Colombie, 16 au Guatemala, 12 au Honduras, six au Mexique, six au Bangladesh, quatre au Brésil, trois en République dominicaine, trois aux Philippines, un en Inde, un en Iraq et un au Nigeria. En Colombie, 22 des syndicalistes assassinés étaient de hauts dirigeants syndicaux et cinq étaient des femmes, preuve que l’attaque des années précédentes se poursuit. La montée en flèche de la violence se note également au Guatemala et au Honduras depuis quelques années.

« La Colombie a, une fois encore, été le pays où, plus qu’ailleurs, se battre pour les droits fondamentaux de la main-d’œuvre conduit à la mort en dépit de la campagne de relations publiques du gouvernement colombien pour convaincre du contraire. La détérioration de la situation au Guatemala, au Honduras et dans d’autres pays est également extrêmement préoccupante », a déclaré Guy Ryder, secrétaire général de la CSI.

Cette année, le rapport dresse à nouveau une liste exhaustive des violations dont ont été victimes les syndicalistes luttant pour défendre les intérêts de la main-d’œuvre dans 140 pays. Par ailleurs, de nombreuses autres violations n’ont pas été rapportées, dans la mesure où des travailleuses et des travailleurs sont privés du moyen de faire entendre leur voix, ou craignent de s’exprimer en raison des conséquences qui pourraient en découler par rapport à leur emploi, voire à leur intégrité physique. Outre l’effroyable liste d’assassinats, le rapport détaille par le menu les harcèlements, les actes d’intimidation et d’autres formes de persécution à l’encontre des syndicats.

Du reste, dix tentatives de meurtre et 35 menaces de mort sérieuses ont été enregistrées, à nouveau principalement en Colombie et au Guatemala. Par ailleurs, de nombreux syndicalistes sont restés emprisonnés et ont été rejoints par une centaine d’autres en 2009. D’autres encore ont été arrêtés en Iran, au Honduras, au Pakistan, en Corée du Sud, en Turquie et au Zimbabwe. La situation générale en matière de droits syndicaux a continué de s’aggraver dans plusieurs pays, notamment en Égypte, dans la Fédération de Russie, en Corée du Sud et en Turquie.

Les forces antidémocratiques ont continué de cibler les activités syndicales, conscientes que les syndicats sont souvent en première ligne dans la défense de la démocratie. C’était en effet flagrant au Honduras dans le climat de violence qui a régné après le coup d’État, ainsi qu’en Guinée lors d’une manifestation de protestation contre la junte au pouvoir, qui s’est soldée par un terrible massacre le 28 septembre.
De nombreux cas de répression contre des grèves et des grévistes ont été documentés dans chaque région. Des milliers de travailleuses et de travailleurs, manifestant pour réclamer leurs salaires, dénoncer les piètres conditions de travail ou les effets néfastes de la crise financière et économique mondiale, ont été victimes d’agressions, d’arrestations et de détentions, notamment en Algérie, en Argentine, au Belarus, en Birmanie, en Côte d’Ivoire, en Égypte, au Honduras, en Inde, en Iran, au Kenya, au Népal, au Pakistan et en Turquie. Des licenciements de travailleurs en raison de leurs activités syndicales ont été rapportés dans nombre de pays. Au Bangladesh, six travailleurs du secteur de l’habillement, qui faisaient grève pour réclamer une augmentation salariale et le règlement des arriérés salariaux, ont perdu la vie à la suite d’une intervention de la police.

Les employeurs ont continué de recourir largement aux actions antisyndicales et aux pressions. Dans plusieurs pays, des entreprises ont menacé le personnel de fermer ou de transférer les sites de production s’il organisait un syndicat ou y adhérait. Souvent, les employeurs ont simplement refusé de négocier avec les représentants légitimes des travailleurs tandis que les autorités restaient sans rien faire. Certains codes du travail ont été amendés afin de permettre une plus grande « flexibilité » et de mettre à mal les systèmes existants de sécurité sociale ce qui a souvent eu une incidence sur les systèmes actuels de relations professionnelles et a affaibli les droits syndicaux.

En fragilisant des normes du travail reconnues au niveau international, un nombre sans cesse grandissant de travailleurs ont été confrontés à l’insécurité et à la vulnérabilité dans l’emploi puisqu’aujourd’hui, environ 50 % de la main-d’œuvre mondiale occupe des emplois précaires. Ce phénomène a touché les travailleuses et les travailleurs des zones franches d’exportation, en particulier en Asie du Sud-Est et en Amérique centrale, le personnel domestique, surtout au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est, les migrants ainsi que les travailleurs agricoles. Bon nombre des secteurs les plus touchés se caractérisent par de fortes concentrations de travailleuses. En outre, on a pu noter la croissance de l’emploi informel et le développement de nouvelles formes « atypiques » d’emploi, tant au niveau des régions qu’à celui des différents secteurs industriels. Les difficultés auxquelles est confrontée cette main-d’œuvre pour se syndiquer ou exercer ses droits syndicaux sont directement liées à sa position très vulnérable sur le marché du travail.

Le rapport met également en exergue de nombreux cas où, alors que les droits syndicaux sont officiellement protégés par la législation, des restrictions de la couverture légale, ainsi qu’une application faible ou inexistante ont accru la vulnérabilité des salariés subissant déjà la crise de plein fouet. De nombreux pays restreignent sévèrement ou interdisent directement les grèves. En outre, des procédures complexes, l’imposition de l’arbitrage obligatoire et l’utilisation de définitions excessivement larges des « services essentiels » rendent souvent impossible l’exercice des droits syndicaux dans la pratique, privant les travailleurs de leurs droits légitimes d’être représentés par leur syndicat et de participer à des actions de grève.

Le rapport de la CSI relève qu’en dépit du fait que 2009 a célébré le 60ème anniversaire de la Convention n° 98 de l’OIT sur le droit d’organisation et de négociation collective (1949), des pays tels que le Canada, la Chine, les États-Unis, l’Inde, l’Iran, le Mexique, la Thaïlande, la République de Corée et le Vietnam ne l’ont toujours pas ratifiée. Par conséquent, environ la moitié de la population économiquement active de la planète n’est pas couverte par cette Convention.

« Cette année, le rapport de la CSI montre que la majorité des travailleuses et des travailleurs du monde ne bénéficient pas de protection efficace de leurs droits d’organiser des syndicats et de négocier collectivement. Il s’agit d’un facteur principal de l’augmentation à long terme de l’inégalité économique au sein des pays et entre nations. Les revenus inappropriés de la grande majorité de la main-d’œuvre mondiale ont été l’un des éléments déclencheurs de la crise économique mondiale et font qu’il est difficile de placer l’économie sur le chemin de la croissance durable », a déclaré Guy Ryder.

Pour lire tout le rapport

Pour voir la vidéo du rapport

Pour voir la page multimedia du rapport annuel

Pour lire le communiqué de presse sur l’Afrique

Pour lire le communiqué de presse sur l’Asie et Pacifique

Pour lire le communiqué de presse sur l’Europe

Pour lire le communiqué de presse sur le Moyen-Orient

Pour lire le communiqué de presse sur les Amériques

For more information, please contact the ITUC Press Department on: +32 2 224 0204 or +32 476 621 018